Le feuilleton de l’été 17

0
1262
Gars qui lit un feuilleton dans le journal

 

Le problème des rues sans nom, c'était que quand on se donnait rendez-vous, on risquait bien de ne jamais se trouver. On entendait certes parler du lancement d'un nouveau site internet, prévu pour géolocaliser les perdus, mais pour le moment, il y avait des problèmes techniques. Googlemap, et les autres sites de guidage étaient victimes de brouillage, ça sentait un peu la fin de la traçabilité humaine de pointe. Mais Monsieur Détecteur, le champion de la surveillance, avait des solutions. J'avais cru entendre qu'on se retrouverait là où on s'était quittés, rue de la source. J'aurais pu m'assurer que j'avais bien compris, mais, même si ce rendez-vous me permettait de retrouver le personnage principal de mon feuilleton, je restais moi-même. La fille-qui-fait-semblant-de-comprendre-ce-qu'on-lui-dit-au-téléphone. Je ne pouvais pas changer de personnalité comme ça. C'était toute ma légitimité qui était en jeu. D'ailleurs, s'il y avait un malentendu, je rappellerai.

 

Il n'y en avait pas. Il était déjà là, posté à l'angle de la Place Loix. Je voyais son dos massif, tourné vers le bas de la rue, tandis que je dévalais le trottoir à sa rencontre (Depuis que j'étais Mappa Girl, j'avais tendance à trottiner quand j'allais à un rendez-vous, pour chauffer mes jambes, avant de régler mon pas sur celui de mes clients.)

 

Monsieur Détecteur ne pleurait plus, j'aurais pu sourire, mais ma bouche, assez naturellement en forme de « O » minuscule, à l'écoute de toutes sortes de discours plus ou moins surprenants, allait agrandir sa courbe, et finir majuscule : j'étais bluffée.

 

Monsieur Détecteur m'avait toujours semblé être un homme de principes. Mais pas tellement un homme de conviction. Les hommes de principes agissent en fonction de ce qu'il « faut » faire. Les hommes de conviction, au contraire, aiment changer le cours des choses.

 

Si j'avais été perchée sur mon vélo, j'en serais tombée, si j'avais eu une copine au bout du fil, je n'aurais pas pu tenir ma langue, si j'avais été suivie et écoutée par la police, Monsieur Détecteur aurait été en état d'arrestation : le responsable des disparitions de plaques, c'était lui. Cet homme avait une mission, une < > raison de vivre, un combat, la conviction inébranlable qu'il fallait ébranler les choses, et accélérer le processus de pertes des repères.

C'était dit.

Cet homme était un saint, ou un démon. Ou alors un dieu. Comment savoir ?

 

Sur le moment, je n'étais pas tout à fait sure de comprendre l'intérêt de ce qu'il appelait « le dénombrement ».

 

Oui, cet été ne ressemblait pas aux autres que j'avais connus dans la ville.

 

Et toi, est-ce que tu aimes compter ou est-ce que tu comptes aimer, cet été ?

 

Ã? suivre

Aliette Griz

les feuilletons précédents :

16

15

14

13

12

11

10

9

8

7

6

5

4

3

2

1

LEAVE A REPLY