Le feuilleton de l’été 3 : les webcams fantômes

0
2158
Gars qui lit un feuilleton dans le journal

 

Après avoir mis un commentaire, avec le lien vers la webcam de la Place de Brouckère, un certain « fantôme » m'avait envoyé un message. Merci fantôme pour ta participation. Peut-être un nouveau personnage ? Ah ! Les webcams. J'adore les webcams. (Ah, les fantômesâ?¦)

 

Penchée sur les images des webcams, je voyais passer quelques piétons dégoulinants (Grand-Place), et beaucoup de voitures à essuie-glaces (Place de Brouckère) tandis qu'à l'Atomium, c'était le calme presque plat. Bien entendu, je ne reconnaissais personne. Mais, toujours planquée chez moi (oui, promis, à l'automne, je tente le feuilleton dicté, s'il fait BEAU), je rêvais à des personnages minuscules, que je pourrais manipuler au sec, pour te livrer leurs aventures à bout de clavier.

 

Comment fait-on pour retrouver dans la ville des inconnus qu'on a perdus de vue ? L'été, c'est fait pour tout oublier, mais je m'obstinais. Je voulais savoir ce qui était arrivé à Monsieur Détecteur et aux autres. Est-ce que le Jeune homme avait écrit un livre ou continué à en lire ? Combien de fois la Fille très belle avait-elle changé de téléphone ? Cinq ans. Ils pouvaient aussi bien avoir déménagé, être morts, ou méconnaissables.

 

En attendant, ça aurait pu être lui, ou elle, en miniature sur les images flottantes. Peut-être qu'ils se croisaient à l'instant même où je regardais, et que c'était elle la gazelle sous le parapluie noir, et lui l'homme pressé en k-way qui manquait la bousculer.

 

Il allait falloir que je me décide à reprendre le tram. Ou que je diffuse un portrait-robot sur les réseaux sociaux. Il allait falloir que j'ai de la chance, beaucoup de chance, ce qui ne m'était pas arrivé depuis, environ, les années 80. La chance et moi, on n'était pas faites pour s'entendre.

 

(Si elle se pointait, en général, je ne la reconnaissais pas. Une pute fellinienne, un mac sans morale, un clown shooté au viagra, ta voisine qui te veut du mal, un bel et sombre inconnu qui te veut du bien, un enfant qui partage ses trésors, un adulte qui te pille, la chance ne me souriait pas toujours.)

 

Et toi, fantôme des commentaires, fais-moi rêver : la fortune est-elle ton amie ?

 

Ã? suivre

Aliette Griz

les feuilletons précédents :

2

 

LEAVE A REPLY