Le feuilleton de l’automne 16 : c(h)ampagne

0
2766

Pendant ce temps-là, de l'autre côté de la porte, il y avait de l'ambiance.

En général, le parking des urgences ne rameutait pas les foules. Depuis que les parkings des hôpitaux avaient été délocalisés, et étaient devenus payants, les patients n'avaient aucune raison de se rassembler devant le bâtiment. Mais ce jour-là, un petit vent de changement soufflait, la folie passagère de l'événement à ne pas manquer, entre les journalistes qui avaient été priés d'attendre que les patients sortent pour les interviewer, et les familles, qui venaient < > prendre des nouvelles, ou grossir les rangs des malades, se pointaient quelques hommes politiques.

Une nouvelle occasion d'atteindre les électeurs.

Les politiciens présents avaient une mine, au contraire des autres, excellente. Ils ne s'étaient jamais aussi bien portés, cure de vitamines ? Adrénaline de la compétition ? Déj au champagne ? C'était troublant, étant donné les circonstances plutôt mauvaises, dans laquelle se terminait la campagne. Tout le monde n'a pas le vent en poupe (ou envie de se montrer plus convaincu que la conviction). Tout le monde n'a pas la langue en bois, les pieds en plomb, et les dents en simili-émail, plus blanches que la bière du même nom.

A suivre.

Aliette Griz

15

14

13

12

11

10

9

8

7

6

5

4

3

2

1

LEAVE A REPLY