Le feuilleton de l’automne 3 : la bouée des désidéaux

0
1510

Six ans, les problèmes n'avaient pas tellement changé < > (ni surtout disparu) C'était rassurant, presque rassurant, cette permanence des désidéaux, malgré tout, malgré les bruits de scission, et la peur grandissante de fin du monde.

Une bouée à quoi se raccrocher, un peu moins futile que les feuilles d'arbre, même si la réputation, ça compte aussi, et la politique, dans l'ensemble, l'a mauvaise. Inutile de s'en cacher. Bien sûr, depuis 2006, Bruxelles avait mûri (et Griz aussi). Il y avait moins d'étrons sur les trottoirs, mais toujours plus (de rides) d'ordures. (Une des questions phare en période de campagne). Pour le reste, c'était dur, mais on pouvait se raccrocher à la chance que c'était, de vivre là, tous ensemble.

A suivre

Aliette Griz

Ã?pisodes précédents :

2

1

LEAVE A REPLY