« I am afraid of balls … »

0
2815

Samedi midi, je me suis rendue au camp de réfugiés en face de l’Office des Étrangers avec un ami (celui qu’Anne vous décrivait vendredi). Nous voulions apporter quelques petites choses, mais surtout montrer notre soutien, montrer que la politique d’un état ne reflète pas la position de tous ses citoyen-ne-s.

Ce week-end, plusieurs choses ont changé dans ce camp.

Tout d’abord, les dons sont arrivés en suffisance (pour le moment). Les associations et la plateforme citoyenne demandent d’arrêter d’apporter nourriture et vêtements. Ce dont ils ont besoin, c’est de bras pour trier et organiser le camp.

On a aussi appris une bonne nouvelle : Le gouvernement a prévu de reloger 500 personnes. Mais cet accueil sera, aux dernières nouvelles, ouvert uniquement de nuit et insuffisant pour accueillir tout le monde.

Ces bonnes nouvelles n’enlèvent cependant rien au fait que les personnes sur place ont besoin de notre présence.

« I’m afraid of balls… But not these ones ! » Cette phrase dans un anglais approximatif nous est lancée par un jeune homme qui passe devant nous, au moment où une balle atterrit dans nos pieds.
Je ne peux pas lui dire qu’il n’a plus à avoir peur, qu’il ne sera plus confronté à de telles situations, que mon pays va lui offrir la protection qu’il est en droit d’attendre. Parce que personne, nulle part, ne devrait avoir peur d’une balle à ce point. Au point où c’est un ballon de foot qui vous rappelle les balles des armes.

Mais je peux lui rendre son sourire, en espérant qu’il sache que ma présence avec lui ce samedi était porteuse de tous les espoirs que j’ai pour lui et pour les personnes qui comme lui fréquentent ce camp.

DSC_0010

DSC_0012

Si vous aussi vous voulez aider et vous tenir informé-e-s de la situation, le mieux est de visiter la page facebook de la Plateforme Citoyenne qui tente de faire un état des lieux régulier des besoins matériaux et humains.

Et, surtout, n’hésitez pas à rendre visite à ces personnes. Quel que soit le lieu où ils passeront les prochains jours, ces enfants, ces femmes et ces hommes auront toujours besoin de votre présence et de votre sourire.

LEAVE A REPLY