Kris Dane and The Banned au Café Central

2
2019

 

Kris Dane and th Damned Live at Café Central, June 2007Il est presque 20 heures quand mon compère de la soirée me rejoint finalement. Le concert devrait commencer mais alors que je me rends au bar pour commander, j’aperçois l’artiste du jour en train d’informer un client que le concert se déroulera à 21 heures finalement. Ca nous donne tout le loisir d’observer la faune qui commence à se rassembler autour du point d’eau au houblon qu’est le zinc du Café Central. Verdict? Eh ben, nous étions à Saint-Géry et ça se voyait… au nombre de franges bien rectilignes tombant sur les fronts de ces demoiselles et au look « trendy-casual » de ces messieurs. Parmi les semblables de Kris venus l’applaudir, il y a deux Pleureurs (sans Saule qui pouponne depuis quelques jours), Catherine du groupe Mièle… Le clou du spectacle d’avant-soirée? La vision de guêtres tombant sur des sandales par plus de 20 degrés et 80% d’humidité, on se dit qu’on a encore tout à apprendre dans le champ de la « hipness ». Car il faisait chaud et humide dans ce Café Central! Ce qui convenait parfaitement au style de Kris Dane qui monte sur la petite scène, tout de noir vêtu, à la Johnny Cash. Guitare au bras et harmonica près des lèvres, avec les grandes palles du ventilateur brassant l’air moite, après les premières notes, on a l’impression de se retrouver à Bruxelles sur Mississipi (ou New-Orleans sur Senne, comme vous préférez), le blues-folk de Kris nous entrainant sur les routes poussiéreuses du Sud de l’Amérique. Et pourtant, Kris ne vient pas de Nashville mais d’Anvers. Transplanté à Bruxelles, il partage désormais sa vie entre la capitale et Brooklyn. Membre historique de dEUS (avant qu’ils ne deviennent célèbres) et membre de Ghinzu, je savais que je n’avais pas à faire à un manchot. Première surprise, parmi les Banned (le groupe qui l’accompagne), il y a la troublante Catherine qui officie derrière la batterie et s’occupe du backing vocal!

A dire vrai, je suis venue les oreilles complètement vierges, la dernière chose que j’avais entendue de Kris étant son premier album, Boy 26, qui datait quand même de 1999 et qui lorgnait fort du côté de Jeff Buckley. Ici, on retrouve une musique plus terre-à-terre, qui parle d’un cheminement, physique et spirituel, afin de trouver la paix de l’âme. Si il y a quelque chose qu’on ne peut pas nier, c’est le charisme du bonhomme, ni l’intensité qu’il met au service de ses chansons. Certes, il faut aimer ce genre de musique et le rythme lent de cette ballade entre « la passion et le crime » mais si on se laisse absorber par la voix (fort belle) de Kris, vous serez conquis. Une jolie découverte qu’aura manqué celui qui s’est enfui!

Kris Dane

Songs of Crime and Passion

http://www.krisdane.com & http://www.myspace.com/krisdane

 

Kris Dane and the Damned Live au Café Central, June 2007

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY