Canette ou bouteille ? – La bière, ce patrimoine savoureux (3)

4
2441
canette
Canettes de pils Ekla de la Brasserie Vandenheuvel, 1950

Avant d’aller plus loin dans la présentation des brasseries, il semble nécessaire de faire un détour par un débat qui passionne le secteur : bouteille ou canette?

Tout d’abord, il faut savoir que la canette ne date pas d’hier. C’est Peter Durant, un chercheur anglais, qui l’invente en 1810 sur les bases des travaux de Nicolas Appert. Celui-ci avait développé en France en 1795 un système de canette en verre. Ils cherchaient tous les deux des méthodes pour permettre aux armées de transporter facilement de la nourriture. Depuis eux, la canette en métal n’a pas cessé d’être améliorée.
La Gottfried Krueger Brewing Company est la première brasserie à commercialiser une bière en canette en 1935 aux Etats-Unis. Son utilisation commence à se répandre chez les brasseurs bruxellois dès le milieu du XXe siècle.

canette 3 stars - Br. Leopold
Canettes de pils Three Stars de la Brasserie Léopold, 1960 – 1975

Chez nous, le contenant en aluminium n’a pas nécessairement la meilleure des réputions (presque uniquement utilisé par les brasseurs industriels pour leurs pils et quelques autres bières fortes). Pourtant, ailleurs dans le monde et notamment en Amérique du Nord, les brasseurs artisanaux l’utilisent beaucoup.

Alors, faut-il proscrire l’usage de la canette pour la bière ou est-elle aussi efficace que la bouteille? Pour répondre à cette question, plusieurs aspects sont à aborder.

Les avantages et inconvénients de la canette et de la bouteille pour la conservation de la bière

Trois facteurs essentiels jouent sur la bière après sa mise en bouteille ou canette : la lumière, les variations de température et l’oxydation.

Sans rentrer dans les détails, mais on peut affirmer que bouteille et canette se valent.

D’un côté, de façon très évidente, la canette sera plus efficace que la bouteille par rapport à la protection face à la lumière mais elle résistera moins aux variations de température. De l’autre, bouteille et canette protègent de façon équivalente face à l’oxydation.

Cependant, il est important de savoir qu’on ne les utilisera pas pour les mêmes produits. Si la canette est parfaite pour les bières de consommation rapide (les bières style pils ou encore houblonnées), la bouteille reste imbattable pour les bières de garde (celles qu’on peut laisser vieillir).

L’impact écologique

Une chose est certaine: rien ne vaut la bouteille consignée. Un même contenant peut être réutilisé en moyenne une trentaine de fois.

Cependant, elle semble en Belgique perdre de la vitesse parce qu’il est compliqué pour des petites brasseries de mettre en place le système. D’une part laver ses propres bouteilles demande beaucoup de place (et un contrôle du processus très précis pour satisfaire les normes AFSCA). D’autre part, on peut décider de faire appel à une entreprise spécialisée qui amènera des bouteilles propres et reprendra les vidanges. Pour rentabiliser les trajets, elles ne seront reprises qu’en très grandes quantités. La brasserie devra donc prévoir beaucoup de place de stockage des bouteilles propres et des vidanges.

Il faudrait enfin se poser la question du coût écologique du nettoyage et des allers-retours des camions entre les brasseries et les firmes spécialisées. Les infos manquent à ce sujet.

La bouteille non-consignée est l’option largement utilisée par les petites brasseries à Bruxelles. En effet, elle ne nécessite pas de prévoir l’espace de stockage pour les vidanges et éventuellement pour une nettoyeuse de bouteilles.

En Belgique, nous avons un bon taux de recyclage du verre grâce aux tri sélectif. Qui plus est, refondre du verre est nettement moins énergivore que la production de nouveau verre sans être pour autant à coût zéro.

La canette, comme le verre, a un très bon taux de recyclage. En effet, on peut recycler éternellement l’aluminium sans aucune perte de qualité. C’est par ailleurs un déchet plus léger et compact que la bouteille.

Ce qui pose souci, c’est le tri. On estime en Belgique que seulement 50% des contenants métalliques sont recyclés. La question d’une consigne sur les canettes vient régulièrement à l’agenda politique mais jusqu’à présent, rien n’a abouti.

© Pieter Fannes – https://www.pieterfannes.com/

L’impact économique pour les brasseries

Avoir recours à la bouteille peut peser lourd sur les finances d’une brasserie. Elle devra tout d’abord acquérir une embouteilleuse. Par ailleurs, elle devra prévoir de la place pour la machine mais aussi pour le stock de bouteilles. Enfin, si elle opte pour la consigne, elle devra également avoir de l’espace pour les vidanges.

On le sait, outre le coût de l’embouteilleuse, le m² est une denrée rare et chère, surtout à Bruxelles.

Un stock de canette prend beaucoup moins d’espace. Par ailleurs, une encanetteuse est beaucoup plus petite qu’une embouteilleuse. Elle coûte aussi moins cher.

Alors, bouteille ou canette?

Il n’y a ainsi pas vraiment de réponse univoque dans le débat canette ou bouteille. Chaque brasserie fera son choix en fonction de ses valeurs environnementales, de ses priorités budgétaires et de ses installations.

Pour nous consommateurs, une chose est certaine : peu importe le flacon, pourvu qu’il contienne un produit de qualité brassé avec passion.

————————

Une série sur le milieu brassicole bruxellois

Je suis Hélène, sommelière en bière passionnée par notre breuvage national, son histoire mouvementée et les acteurs qui nous permettent de goûter une diversité de bières incroyable. J’ai lancé la série La bière, ce patrimoine savoureux pour vous permettre de découvrir les brasseries de la Région, les bars aux cartes qui font saliver, les événements à ne pas rater.

Vous pouvez déjà lire une courte introduction historique posant aussi des définitions ainsi qu’une première présentation de brasserie avec La Source Beer Co. Le prochain article portera sur la brasserie En Stoemelings.

4 COMMENTS

  1. Article intéressant, qui résume bien les 2 contenants!
    Par contre attention ! un metal ne se recycle pas à 100% il y a toujours une perte de matière et vous ne parlez pas des revêtements des canettes : résine et plastique qui ne sont pas recyclables!

  2. Bonjour Roger et Marc-Antoine. Merci pour vos commentaires.
    Effectivement, je n’ai pas abordé les revêtements internes des canettes qui permettent à la bière de ne pas être en contact avec le métal. Je ne suis pas arrivée à trouver des informations complètes sur les matières utilisées dans ces revêtements. Les questions qui se posent au sujet de ce revêtement sont bien expliquées ici : https://www.youtube.com/watch?v=TeNiMSrpptM
    J’ai lu l’article que vous partagez, Marc-Antoine, pas plus tard qu’hier soir. C’est bien pour cela que je mentionne la question de la consigne sur la canette plutôt que celle du tri. Tant que le tri fonctionne comme il fonctionne chez nous, nous n’arriverons pas à faire monter les taux de recyclages. L’Allemagne et le Danemark s’en sortent bien mieux que la Belgique et la France à ce sujet.

LEAVE A REPLY