Interview exclusive du nouveau bus électrique de la STIB

0
129
le nouveau bus électrique de la STIB

Le nouveau bus électrique de la STIB (pas le citybus de la ligne 33 donc) a bien voulu répondre à nos questions, à l’occasion de sa présentation à la presse.

les ciseaux de l'inauguration
les ciseaux de l’inauguration

– Comment préférez-vous qu’on vous appelle ? 1101 ? Un-Un-Zéro-Un ? Onze-Zéro-Un ?
– Pas de chichis, appelez-moi Onze.
– Alors, Onze, ça roule ?
– Pour le moment, pas tant que ça, je n?ai que 285 kilomètres au compteur, mais à partir d’octobre, je passe aux choses sérieuses, sur la ligne 13.
– La ?
– La ligne 13.
– Ça existe ? C’est où ?
– Quelque part entre Simonis et l’UZ-VUB. C’est là que je vais rouler en silence. On pourra encore mieux entendre les conversations des passagers qui ont un forfait « appels illimités », chouette hein ?
– Simonis… Houla… de l?autre côté du canal… mon pauvre vieux… heu… mon pauvre neuf… heu treize…
– Paraît que chez eux « l’autre côté du canal » c’est ici. Je vous raconterai.
– Alors, la STIB a choisi, elle va passer aux bus électriques qui se rechargent la nuit au dépôt, comme un smartphone sur une table de nuit ?
– Que nenni ! Une pincée de cinq bus de chez Bolloré qui se rechargent la nuit, une louche de bus qui se rechargent à leur terminus et on verra bien. Déjà, est-ce que ma batterie va vraiment tenir 16 heures, mon cher ?
– Tiens, puisqu?on en parle, vous coûtez combien ?
– 600 000
– Francs belges ?
– Euros.
– Les cinq?
– Pièce.
– Ah oui. Quand même. Et bien? bonne route, Onze.

pas moyen de se tromper il est électrque
pas moyen de se tromper il est électrque
SHARE
Previous articleQuand piétonnier rime avec écrasé
epistolero, belgian writer, learning to pick his fights. Je suis venu ici pour beurrer des sandwiches.

LEAVE A REPLY