Quand Steve McCurry nous fait voyager à travers le monde et l’histoire

0
708

On a tou·te·s une image de Steve McCurry gravée dans les rétines. Ne fût-ce que les yeux clairs de la jeune femme qui apparait sur l’affiche de l’exposition. Ces yeux-là, vous les connaissez et j’espère que, comme pour moi, ils vous feront passer les portes de la Bourse de Bruxelles pour aller voir cette expo exceptionnelle.

The World of Steve McCurry rassemble plus de 200 photos réalisées par l’artiste tout au long de sa carrière. 35 ans de photos nous permettant de revivre tous les événements importants de l’histoire de 1979 à nos jours.
Steve McCurry travaille pour un journal de Philadelphie quand il est envoyé comme pigiste en Inde où il prendra ses premiers clichés. Mais c’est surtout les images qu’il ramènera d’Afghanistan en 1978 (il a alors 28 ans) qui le feront connaître. Un portfolio sera publié dans le New York Times et la carrière de McCurry prendra son envol.

Nuristan, Afghanistan, 1979.

L’expo part donc dans les pas du photographe. Guerres en Afghanistan et au Pakistan, chute du Mur de Berlin, Guerre du Golfe, Guerre en ex-Yougoslavie, Twin Towers, Tsunami au Japon… C’est à croire que Steve McCurry avait le don d’être à chaque fois là où l’Histoire s’écrivait. Toutes ces bribes d’histoire prennent forme sous vos yeux.

Kabul, Afghanistan, 1992
Ahmadi Oil Fields, Kuwait, 1991

Cette expo nous invite aussi à suivre ses périple à travers le monde. Amérique du Nord et du Sud, Europe, Afrique, Asie… Ses déplacements personnels et ses collaborations auront permis à Steve McCurry de voyager autant qu’il le voulait, et d’ainsi aller à la rencontre des gens. Parce que c’est surtout cela qui fait la force de la photographie de McCurry : sa capacité à figer sur la pellicule l’intensité d’un regard, le cocasse d’une situation, la beauté d’un visage…

Weligama. Sri Lanka, 1995.
Agra, India, 1983

La dernière chose à m’avoir conquise, c’est la scénographie de cette exposition. Ici, pas de panneaux bloquant la vue, mais de longs voiles qui servent de support aux images. Ces tulles créent dans la Bourse une espèce de labyrinthe, où les pas de perdent mais surtout où le regard ne s’arrête que quand une autre image le retient. Les clichés sont ainsi mis en rapports les uns avec les autres et invitent à la promenade et à la découverte.

L’expo The World of Steve McCurry est encore à la Bourse pour deux mois. N’hésitez pas à aller vous y perdre. Je dis perdre, parce que les deux fois où j’y suis passée, je ne me suis absolument pas rendue compte que j’y passais trois heures. Vous voilà prévenu·e·s !

The World of Steve McCurry

Jusqu’au 25 juin 2017 à la Bourse de Bruxelles
Du lundi au jeudi : 9h30 à 17h30
Vendredi : 9h30 à 19h00
Weekend, vacances scolaires belges et jours fériés: 10h00 à 19h00
http://www.stevemccurryexpo.be

Toutes les photos de cet article sont de Steve McCurry sauf celle représentant l’exposition qui est de Kim Sattler.

 

LEAVE A REPLY