Place au piéton, un espoir à ne pas gâcher

6
7288
© Eric Danhier / EDanhier
Succès de foule pour l'inauguration du piétonnier

Ce dimanche 28 juin 2015 sera une date qui comptera pour la Ville de Bruxelles – que ce soit positivement ou négativement. Place au piéton entre la place Fontainas et De Brouckère. Le plus grand piétonnier d’Europe – comme aime à le nommer de bourgmestre socialiste de la commune Yvan Mayeur – était né. Ou plutôt ses fondations. Le piétonnier étant en phase-test pour les huit prochains mois. Les travaux qui lui donneront son visage définitif débuteront au printemps 2016.

Alors que les détracteurs sont pléthore, même au sein de Bxlblog – Un centre-ville de moins en moins accessible & Les oreilles qui sifflent, j’ai décidé d’aller m’imprégner de ce piétonnier : le jour de l’inauguration, le premier jour effectif et la nuit passée.

Sur le site Plandecirculation.be, on peut lire que « Le 29 juin 2015, une grande partie des boulevards du centre de Bruxelles deviendra piétonne. La zone piétonne sera considérablement étendue et un nouveau plan de circulation sera introduit pour une phase test ». En consultant ce site et la carte interactive ci-dessous, vous pourrez vous rendre compte des nombreux changements qui ont été opérés. Vous pourrez aussi y découvrir plein d’informations comme : qui peut entrer en bagnole, à quelle heure… toussa.

J’ai travaillé de longues années dans le centre de Bruxelles. Alors lorsque je suis arrivé dimanche à la Bourse par la rue Orts, j’ai découvert cette place et le boulevard Anspach qui la traverse vide de voiture et remplie de piétons avec beaucoup de plaisir. Fin des années 90, début 2000, je me rappelle de discussions avec Henri Simons – alors échevin Ecolo à la Ville de Bruxelles – à propos d’un piétonnier beaucoup plus ambitieux que celui vilipendé ces derniers jours. Je fais partie des personnes satisfaites de la concrétisation de cette idée qui vient maintenant de loin et que l’écrasante majorité des partis politiques au pouvoir ces 15-20 dernières années ont annoncé ou promis aux Bruxellois et aux commerçants du centre.

Quelle ambiance ce dimanche !! Entre les femmes en foulard et les mini-shorts blancs qui ne cachaient pas grand chose ; les lunettes de soleil orange fluo ; les pantalons de bobos ; les touristes japonais ; les innombrables enfants – petits ou grands – qui jouaient au ping pong, au badminton, qui courraient après leur ballon marqué du nouveau logo de la Ville ; les jeunes du quartier tranquillement affalés sur le nouveau mobilier urbain en bois disposé ça et là sur le macadam du boulevard Anspach ; un Pascal Smet qui déambulait d’un bout à l’autre du piétonnier un énorme sourire aux lèvres ; l’anniversaire du Beursschouwburg ; les vélos qui n’arrivaient que difficilement à se frayer un chemin, cela flairait bon la douce anarchie.

Visiblement les 100.000 personnes – selon les chiffres officiels, je n’ai pas compté moi-même – qui étaient là ont kiffé grave : « 20 ans qu’on attendait cela », « Enfin ! »; « C’est génial pour les enfants ». Certains s’interrogeaient à juste titre de la suite mais pour la majorité des dizaines personnes à qui j’ai parlé, l’inauguration du piétonnier a été un grand succès. Photos : © Eric Danhier / EDanhier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du côté des politiques croisés ce dimanche, on peut dire qu’on était satisfait : cela se voyait rien qu’aux sourires éclatants du bourgmestre, de Karine Lalieux, Marion Lemesre, Geoffroy Coomans et d’Olivier Mees attablés place de la Bourse. Dans le chef du maïeur, on peut même parler d’euphorie si on se remémore son intervention lors d’un des deux JT du soir. Côté Ecolo – eux étaient à une table boulevard Anspach -, si on ne versait pas dans l’extase, on semblait plutôt satisfait. Marie Nagy, cheffe de groupe Ecolo-Groen dans l’opposition bruxelloise : « Aujourd’hui; je me réjouis. La fête comme cela, c’est bien. Quinze ans qu’on se bat pour qu’il y ait un piétonnier. Il y a de nombreuses personnes qui réclament l’appropriation de l’espace public pour les piétons. Mais dès demain, on reparlera du miniring, de la mobilité en général, de la pollution, de la concertation… »

Si pour la grosse fiesta de dimanche, il n’y a pas grand chose à y redire, le projet en lui-même génère de nombreuses réticences auprès de nombreuses associations, de riverains, de commerçants, d’élus de l’opposition (voir le blog d’Hamza Fassi-Fihri pour le cdH) voire quelques-uns de la majorité en place. Platform Pentagone, composée d’habitants, de commerçants, de travailleurs et d’usagers, s’oppose à ce qu’elle appelle un pétionnier mal pensé : « Ce projet n?est pas destiné aux habitants qui vivent dans le centre-ville, ni aux commerçants qui y travaillent. Il a pour but de transformer cette zone un énorme centre commercial à ciel ouvert destiné au tourisme de masse et à l?événementiel, public ou privé (plaisirs d?hiver, concert de Lady Gaga, etc.), source de nombreuses nuisances pour les habitants. »

Leurs griefs sont nombreux : « Les quartiers alentour ne seront pas non plus épargnés : la circulation automobile, qui emprunte actuellement les boulevards, se reportera nécessairement dans les rues avoisinantes, celles transformées en miniring mais aussi toutes les autres pour rejoindre ou sortir de celui-ci. Le trafic et ses nuisances (bruit, pollution de l?air, etc.) seront renforcés par la construction de nouveaux parkings. L?offre en transports en commun sera par contre dégradée (éloignement des terminus, interruption des lignes de bus, fin de nombreuses correspondances directes). » Ils sont d’ailleurs venus l’exprimer dimanche; emmenant avec un eux le plus grand pot d’échappement d’Europe; comme pied de nez aux annonces d’Yvan Mayeur.

RTL #pietonnier #daesh

Lundi matin, je me suis rendu au centre, pour voir le piétonnier sans tout le tralala de la veille. C’était calme – comme on peut le voir dans ce reportage de TV Brussel -, même si c’était un peu le bordel à cause des camions de livraison qui devaient trouver comment arriver à destination et ce avant 11h du matin. Le boulevard Anspach était assez dégagé, sauf si on comptabilise les journalistes et les flics à vélo. Ce qui n’était pas pour me déplaire. Après, à vide, on se rend compte du travail qu’il y aura à faire (macadam, enseignes, espace vide, gestion sociale de la population habituelle du boulevard…), comme le fait justement remarquer un habitant du quartier dans le même reportage de TV Brussel. Mais les travaux, prévus pour le printemps prochains, devraient vraiment redonner un nouveau souffle à cette artère quelque peu dégradée.

Si pour moi, la balade a été sympathique et rapide, étant venu tranquillement en tram 82 jusque la porte de Ninove; ayant continué à pied pour enfin reparti en métro depuis De Brouckère, pour les automobilistes bruxellois, il semble que la journée de lundi a été un cauchemar. Il semble que la moitié de la capitale ait été bloquée par le piétonnier du centre comme le montre ce magnifique mashup de RTL : Grand Chaos à Bruxelles, Daesh intervient. J’avoue que cela m’a fait marrer. OK les modifications du centre ont dû avoir un impact mais il faut être honnête : tous les ans; début juillet rime avec lancement des grands travaux de l’été (voir le site de Bruxelles Mobilité), car il y a moins de monde à Bruxelles, et diminution des fréquences de la Stib; à cause des vacances scolaires. Chaque année, c’est le bordel. Il faut attendre le 15 du mois pour que cela se fluidifie. Et cela reprend vers le 15-20 du mois d’août.

N’étant pas au courant de cet état de fait – ou par malice :-) -, l’opposition a demandé des explications à Yvan Mayeur hier soir au Conseil communal de la Ville de Bruxelles. Ce dernier était chargé en émotions puisqu’on y a aussi parlé du Stade national et du nouveau logo de la Ville. Toujours est-il que le socialiste n’était pas d’accord sur l’analyse des causes des problèmes de mobilité. « Le bourgmestre a nié ce que j’ai dit, s’en est pris aux autres membres de l’opposition. Il a été suffisant, arrogant, méprisant, insultant, et ça a été un ras-le-bol commun de l’opposition, qui s’est levée », témoignait hier Hamza Fassi-Fihri sur LaLibre.be.

Hier, si le piétonnier a donc pris cher; il est quand même des voix qui se sont élevées pour soutenir le projet. Dans une carte blanche publiée dans Le Soir, Eric Corijn, professeur à la VUB; estime que « L?introduction, rapide, du piétonnier élargi au centre de Bruxelles pourrait être aussi importante que l?Expo 58. Pour la première fois c?est aux automobilistes de s?adapter. Bien sûr, il reste encore beaucoup à discuter. Mais mesurons d?abord le tournant pris. L?ordre des priorités a été renversé. Et surtout, le politique et le PS comme parti-pivot, a changé. On a compris qu?une région-ville est autre chose qu?une région-pays. On a compris qu?une ville n?est pas un pays et ne se construit pas sur base d?identités communautaires. Le piétonnier du centre-ville est une intervention urbanistique avec de grands effets sur l?imaginaire sociétal. Peut-être bien que la gouvernance pour Bruxelles a vraiment pris un autre cap. »

Quant à moi – simple Bruxellois, piéton invétéré, fêtard de la dernière heure -, je pense que la création de ce piétonnier est une excellente idée. Tout n’est pas parfait mais le projet est enfin lancé. S’il avait fallu attendre que tout le monde soit d’accord, il ne serait jamais né. Yvan Mayeur; ce dimanche arguait que « 150 réunions préparatoires avaient été menées avant le lancement du piétonnier, que celui-ci est bien là, qu’il allait changer la ville – ce que je crois complètement – et qu’il n’allait pas changer » Je pense qu’un politique doit prendre des décisions, mêmes douloureuses, pour faire avancer des idées.

On jugera maintenant de la grandeur du dudit politique dans sa capacité à intégrer les constations objectives mais aussi les constations personnelles de ses habitants, élus et associations, qui ne manqueront pas de remettre le projet en question dans les huit mois qui viennent, du moins sur certains aspects. Il reste énormément de points qui méritent clarification : les modifications des lignse de bus, le trafic dans les petites rues historiques et bien d’autres inconnus encore à ce jour. Pour moi, un grand espoir est né ce dimanche 28 juin 2015, je compte sur les élus et les commerçants pour faire de ce piétonnier un endroit extraordinaire.

6 COMMENTS

  1. Enfin quelqu’un qui parle de ce projet avec du bon sens ! Un grand merci :-)

  2. Pour ma part, en tant que Bruxellois. Je suis pour le projet de piétonnier, l’idée est superbe sur le principe du piétonnier à proprement parler. Ce que j’aime moins, c’est sa mise en pratique et l’arrogance autour du projet. Après je demande à voir la réalité du terrain et l’impact réel que ça aura après la fête sur l’attractivité réelle du centre-ville et surtout sont accessibilité au sens large (Voiture, mais aussi et surtout à pied, en vélo, en transport en commun…)

  3. Je crois que, même parmi les détracteurs, beaucoup de Bruxellois sont favorables au principe du piétonnier dont l’idée remonte, non pas à 20 ans comme le dit l’article de Mateusz, mais à + de 40 ans, à l’époque des premières journées sans voitures lors du premier choc pétrolier de 73 (je ne dois pas être le seul vioque à lire bxlblog, si ?).
    Ce qui ne manque pas de surprendre, c’est la fermeture de l’axe principal Nord-Midi pour détourner le trafic dans des rues qui auraient, elles, gagné à être piétonnes (à mon avis, en tout cas), tant l’idée de fermer Anspach pour laisser rouler à Ste-Catherine me semble aberrante.
    Je ne trouve pas d’exemple comparable dans les piétonniers des autres villes que je connais, comme Grenoble où la rue de la République coupe le piétonnier en deux, Bordeaux où il me semble inimaginable de fermer le cours Alsace-Lorraine, Nice, Orléans, Francfort ou d’autres.
    Et puis, toutes ces villes ont travaillé dans l’ordre, boostant d’abord l’offre de transport public avant de fermer les rues à la circulation.
    Cela dit, le fait que la capitale de l’Europe (arf) ait 50 ans de retard en matière de transports en commun et de parkings de délestage n’est évidemment pas la faute d’Yvan Mayeur.

  4. Bel article étayé et sincère. Et bien moi je n’au pas encore arpenté ce piétonnier mais je promets de le faire ce samedi. J’ai étudié et habité le quartier Fontainas pendant 8 ans. Quand j’y retourne, je ne vois que très peu de changements en faveur des citoyens du cru et des commerçants. Je demande à voir à présent. Espérons qu’ils en profiteront en premier lieu et pas uniquement les bobos et les touristes.

  5. C’est bien qu’il y ait quelques personnes qui voient du positif sur ce piétonnier.
    Depuis qu’il est là, travaillant pas loin, j’ai bien plus de mal à trouver du bon. Chaque photo, image ou echos semble confirmer que c’est encore un terrible choix politique qui ne tient pas compte de l’avis ou l’envie des citoyens/habitants.
    Cependant, comme à chaque fois, un effort sera fait pour « comprendre » le choix… « tester » au lieu de rejeter…

    Bruxelles, ma pauvre Bruxelles..
    Quand y aura t il des gens qui pensent vraiment à toi (et pas à « comment tirer avantage de toi »pour le Nord/Sud du Pays) ?

LEAVE A REPLY