Un centre-ville de moins en moins accessible

1
44858

Alléger le centre historique de Bruxelles d?un trafic automobile envahissant est une excellente idée. Enfin ! pourrait-on même dire. Les rues, les places, les boulevards méritent mieux. Mais pour réussir cette mutation, il faut pouvoir arriver dans le centre plus facilement en transport en commun. Si les trains, trams et métros y contribuent, le rôle des bus ne peut être ignoré. Et là, on doit malheureusement constater que le plan de circulation que la Ville prévoit pour le 29 juin prochain réduit l?offre au lieu de l?augmenter : sur les 12 lignes de bus du centre, la moitié ne change pas, mais 5 lignes sont raccourcies de 500 à 700 m selon les cas. La 12ème ligne, le 86, est lancée sans site propre dans le boucle de circulation destinée à concentrer l?essentiel de trafic : inefficacité garantie. Quant aux 3 bus de De Lijn, sont-ils oubliés, détournés ?

Pourtant une amélioration du service est possible en prolongeant les lignes jusqu?à la petite ceinture : allonger les lignes au lieu de les raccourcir et créer des sites propres plutôt que les supprimer comme c?est prévu avec la bande des rues d?Assaut et Fossé aux Loups.

BusEt en réalité, le réseau actuel résulte déjà d?une double diminution de service. D?une part, la moitié des 12 lignes de bus s?arrête régulièrement avant son terminus central : à Madou (29), Gare Centrale (71), Clémenceau (46), Gare de l?Ouest (86), Barrière de St Gilles ou Porte de Hal (48) ou Heembeek (47). Et là, le voyageur est invité à faire une correspondance pour arriver à destination, en espérant qu?il n?aura pas à faire une 2ème correspondance. L?autre réduction d?offre est historique : certaines lignes ont été coupées comme le 47 qui allait d?Anderlecht (Moortebeek) à Vilvorde et qui est devenu 47 et 46, dont les terminus seront éloignés de plus d?un km. Même constat pour l?ancien 63 devenu une double ligne : 86 et 63. D?autres ont été raccourcies : les 34, 60 et 65 allaient jusqu?à De Brouckère, le 37 descendait gare Centrale et le 20 reliait le centre-ville à Berchem via Anderlecht et Molenbeek. La difficulté de cette question est que ces réductions de service se font progressivement, par petites touches, moins visibles qu?une inauguration de station de métro !

Et donc la question qui se pose : est-il possible d?arriver à réduire le trafic auto dans le centre si on le rend moins accessible en transport en commun ?

1 COMMENT

  1. Je trouve cet article intellectuellement malhonnête ! Le centre-ville ne sera pas plus ni moins accessible qu’aujourd’hui ! Venir dire que le 86 sera englué dans la « boucle de circulation destinée à concentrer l’essentiel de trafic » est faux : il s’agit d’une boucle de desserte, destiné au trafic local de ceux qui cherchent à se stationner, pas pour « concentrer le trafic ».
    Nous nous réjouissons, au GUTIB, de l’arrivée imminente de ce piétonnier ! Après plus de 20 ans de tergiversations ! L’aménagement des lignes de bus n’est que provisoire, en attendant le nouveau plan directeur bus. Et en attendant, il y aura des points positifs : comme le 48 et le 95, qui reprendront enfin leur parcours « montant » dans la rue du Lombard. Et si on limite le 38 et le 63 à la gare centrale, c’est un moindre mal alors qu’on a toujours le 29 (qui a la moitié de son parcours en commun avec le 63) et le 95 qui relie l’hyper-centre et le quartier européen.

    Marre de ceux qui jouent les Cassandre ! Qu’on laisse ce piétonnier se mettre en place !

LEAVE A REPLY