Au Marché Noir

0
3250

C’est une petite enseigne au coin de l’avenue Adolphe Demeur et de la rue de Loncin dans le haut de Saint-Gilles, bref à deux pas de la Maison Communale. Discrète est un grand mot mais disons modeste et minimaliste.

Pourtant Au Marché Noir peut se targuer d’avoir fermé l’avenue sur 1 paté de maisons, disposé 4 bars et ce, le temps d’une soirée, celle de son ouverture le jeudi 30 avril. Un buzz assez impressionnant alors que le grand public n’avait pas encore eu la chance de gouter les plats.

Soirée d'ouverture au Marché Noir

Cette sortie à Boboland, je l’ai soigneusement évitée bien que les relances ont été multiples, je ne la trouvais pas très engageante à l’idée de devoir attendre 20 minutes derrière un bar pour déguster une Grosse Bertha et avoir peut-être l’opportunité de voir ma patience récompensée par une petite dégustation sous forme de pic à cure-dents. J’ai eu par contre beaucoup de bons échos, ce fut un succès de foule.

Bref, j’ai laissé passer l’ouragan pour laisser plutôt une place à l’authentique, un bête jour de semaine. Avant d’écrire cet article, je m’étais dit que je passerais au moins la porte deux fois. A la fois pour ne pas juger sur une expérience unique et pour pouvoir tester les deux formules journalières proposées : un plat veggie et une viande ou poisson.

En entrant au Marché, j’ai apprécié la simplicité du lieu qui n’en fait ni trop ni trop peu : un design sobre (du blanc du bois, du métal), une vue sur la cuisine pour la transparence du processus de fabrication, un comptoir décontract, un simple iPad pour enregistrer la commande, Martin Ringlet tout sourire et prêt à répondre aux questions des clients. Un peu surpris par le peu de place laissé aux tables pour manger sur place, il me faudra revenir une seconde fois, un jour plus ensoleillé, pour bénéficier d’une table de brasseur en terrasse.

Me voyant désarçonné devant le frigo déjà vide, Jérôme Hubert me fait un petit signe depuis sa cuisine me signalant que si je veux « Le chèvre chaud », il va justement lancer une cuisson et que c’est le moment de lui dire s’il tient compte de mon choix. Va pour le Chèvre chaud, poêlée de fanes, risotto de quinoa aux petits légumes & figues à 8?. J’aurais aussi pu prendre le Coeur de lieu noir cuit à basse température, épinards frais, légumes racines & riz noir sauvage à 12?.

Arrivée 10 minutes plus tard au bureau, ma barquette en pulpe de papier recyclable sous vide avait résisté à la drache nationale.

Barque Au Marché Noir

Ce premier repas pris Au Marché Noir était très bon : le mélange de fromage avec les fanes et le quinoa crée un très bel éventail de goûts et de jolies textures. Me voilà convaincu et déjà impatient d’y retourner.

FullSizeRender 7

Lors de mon deuxième passage, j’ai donc testé une viande. J’ai eu cette fois la chance de gouter les Boulettes sauce tomate, légumes du Sud, polenta à 11?. Le label qualité affiché n’était pour une fois pas bio (il suffit de faire confiance à leur charte) mais « faites par un Liégeois ». Je m’installe cette fois en terrasse dégustant un petit vin rouge frais en attendant l’assiette qui ne tarde pas à arriver. Enfin, assiette, plutôt barquette à nouveau, tous logés à la même enseigne! On comprend l’objectif d’éviter la vaisselle (qui dit vaisselle dit coûts supplémentaires qui sera donc d’office impacté sur le prix du repas) mais en tant qu’expérience utilisateur, on est quand même plus proche du Food Truck que d’un établissement avec pignon sur rue. Peut-être envisager un format assiette dans la même matière recyclable pour les gens qui consomment sur place ?

Boulettes

Je me suis de nouveau régalé. La polenta en mode « frite » ajoute la touche personnelle rendant l’expérience unique, bien joué. Il m’aurait plu d’avoir un peu plus de légumes du Sud mais le morceau de fenouil croquant comblait à merveille la palette. C’est bon, je sais que je viendrai plus souvent à moins que le succès m’oblige à faire la file ce qui n’est pas encore le cas (il est possible désormais de passer comamnde en ligne : www.aumarchenoir.be).

Pour résumé, le concept Au Marché Noir c’est :

[quote_center]Offrir une cuisine de type Slow Food, à un prix accessible pour tous.[/quote_center]

C’est dans l’air du temps, Bruxelles peut déjà compter sur quelques lieux qui réduisent leur carte à quelques plats du jour faisant la part bel(ges) aux produits de saison et locaux. Avec souvent l’impression cependant de devoir mettre la main au portefeuille. On se réjouit donc de cette initiative de vulgarisation et démocratisation. Pour une présentation plus exhaustive du concept, rendez-vous ici ou ici.

Au Marché Noir
Avenue Adolphe Demeur 36
1060 Saint-Gilles
Du dimanche au vendredi de 11h30 à 21h

 

LEAVE A REPLY