Des cyclistes et des piétons

16
2466

Aujourd’hui j’ai été confronté à deux cyclistes de trottoir. De ceux que la rue effraye et qui se fraient un passage entre les piétons.

Une quadra quinqagénante du quartier européen et un jeune maghrébin du quartier Bethléem roulant l’oreille vissée à son GSM.

Dans les deux cas, lassé de devoir faire attention sur un trottoir (pour mémoire on relira la définition du dispositif : « un trottoir est un espace surélevé sur le côté des rues et réservé aux piétons« ) aux mouvements rapides ou désordonnés d’un véhicule, j’ai poussé l’épaule du cycliste. Une chiquenaude, comme on chasse une mouche.

En deux occasions, j’ai pu découvrir à quel point ce geste insupporte le cycliste. Subitement ramené à sa condition d’équilibriste en mouvement, il rage contre ce piéton qui conteste l’invasion de cet espace protégé de la folie des hommes et de leurs machines : le trottoir.

La cycliste m’a proposé d’aller me faire foutre et a poursuivi son chemin, le cycliste après avoir émis un avis sur les moeurs de ma maman m’a décoché un coup de pied au bassin. Les deux ont vitupéré contre le risque de chute que je leur faisais courir. Fin de l’expérience, début d’analyse.

Bruxelles comptait en 2007, je n’ai rien trouvé de plus récent, selon le tableau 27 du PDF 16 collisions entre cyclistes et piétons. Pas d’info sur la gravité (2 décès mais de quel côté ?), toutefois c’est plus que les collisions avec les cyclos, les motos, les tracteurs…., l’IBSR dispose de chiffres mais leur actualisation est lente.
La consultation des rapports d’activité de la police ne sont pas plus diserts et ne permettent pas de savoir si les autorités ont verbalisé des cyclistes pour conduite sur trottoir.

Pourquoi donc à Bruxelles l’augmentation de la pratique du vélo se fait-elle au détriment d’usagers encore plus faibles ?

16 COMMENTS

  1. Les cyclistes Bruxelles ont tous les droits voyons. Mme de brler les feux, de traverser la route sur les passages pour pitons en roulant, d’aller contre sens dans TOUES les rues, de prendre les tunnels lors des journes sans voiture, etc …

    Alors, arrte de rler tu veux bien :p

  2. Ce qui est incroyable c’est qu’on ait recens des collisions entre pitons et tracteurs Bruxelles.

  3. Ces cyclistes sont une plaie moderne, comparable la pluie de criquets qui, en 1817 avant Jean-Christophe, dcima les castors en Egypte (renseigne-toi, il n’y en a plus un seul!) Ils n’ont pas seulement tous les droits, ils ont aussi les gauches et les centres. Ce sont les DSK de la circulation modernes: on roule vlo pour se donner un genre, mais on part trois fois en vacances par an en Guadeloupe avec la famille de cinq.

    Et encore, je ne te parle pas de cyclistes sudoripares en grappe, engoncs dans leurs ridicules collants fluorescents. Ceux que tu es oblig de suivre 12km/h pendant une demi-heure avec pour seule vue la face postrieure de leur cageauxfolles-esque short moule-boules dont tu ose peine imaginer l’tat de la peau de chamois synthtique qui leur masse les hmorodes, parce qu’ils roulent neuf de front en papottant comme des postires mnopauses, les mollets pils comme des entrejambes d’actrices porno. Ceux qui rvent qu’ils sont Franck Vandenbroucke et qu’ils font fantasmer les mamies qui dont devant le poste le jeudi aprs-midi. Ceux-l sont encore pires.

  4. Ca me fait fortement penser mon ressentiment quant la journe sans voiture. Les vlos prennent tous les droits et deviennent des conducteurs de merde le temps d’une journe. Comme si l’tre humain avait toujours ce besoin dbile s’affirmer sa supriorit…

  5. Ne faisons tout de mme pas une gnralit.
    Je comprends votre mcontentement, mais ce n’est pas pour cela qu?il faut mettre tout cycliste dans le mme sac.
    Cela fait 7-8 ans que je roule vlo dans Bruxelles. Les erreurs du dbut je ne les fait plus.
    Oui j’ai brul des feux, oui cela m’est arrive de roul sur le trottoir de l’avenue Kortenberg.
    Mais ce temps la est termin.
    Je respecte les feux et je ne roule plus sur les trottoirs. Et cela depuis bien longtemps.
    Tout ce que j’espre c’est que en montrant l’exemple (tout comme des amis), ils comprennent.
    Les nouveaux cyclistes peuvent aussi nous gner. Avec leurs conneries ils font du tort ceux qui respectent le code de la route.

  6. Mon Dieu !
    Un billet « coup de gueule » a t-il sa place sur BXL Blog ?
    Au grand regret de Sfo, qui n’aime pas regarder les postrieurs lorsqu’il est confortablement assi dans sa voiture, il faudrait peut tre penser amnager les routes afin que les cyclistes se sentent un peu plus en scurit et respects.

    Qui tente un Bois de la Cambre => Montgom vlo par gnral Jacques ?
    Une partie est en piste cyclable, l’autre … vous tes frl par les rtros.

    Mais bon, ce n’est pas vous qu’il faut en parler, mme lors des journes sans voiture les cyclistes ne devraient plus avoir leur place.

    Quelques solutions proposes ( la solution finale ? ) en guise de conclusion auraient t les bienvenues. Malheureusement, il est bien plus facile de pointer du doigt sans rflchir …

  7. Je rejoins ce que dit Ingrid, la journe sans voiture est un bel exemple… Moi en tant que piton, je suis sur le trottoir mais mme ce jour-l, j’ai vu des cyclistes sur le trottoir… alors qu’ils ont toute la route pour eux!!

  8. Je propose que tous ces snobs de cyclistes qui partent quatre fois par an en vacance au bout du monde reprennent quotidiennement leur bagnole dans Bruxelles… Un super bordel en perspective!

    Je suis un cycliste rgulier qui se considre comme un usager faible de la chausse et donc oui, je me fais remarquer, je m?habille comme un sapin de nol et prend souvent place au milieu du trafic sinon ignor des charmants automobilistes…

    Sinon je m?arrte aux passages pitons pour laisser traverser et ne supporte pas prendre mon vlo lors des dimanches sans voiture!

    Avez-vous dj essay de prendre l’avenue Rogier en vlo entre site propre du tram et voiture gare en double file???

  9. En effet, certain-e-s cyclistes roulent sur les trottoirs. Tout comme certain-e-s automobilistes ne respectent pas les limites de vitesse ou certain-e-s piton-ne-s traversent au rouge. Cela ne veut pas dire que tou-te-s les cyclistes se croient au-dessus des lois, les associations reprsentatives militent d’ailleurs pour un partage harmonieux de l’espace public entre les diffrents usagers (voir notamment http://www.gracq.be/VAV-2008/VAV135 et http://www.gracq.be/GRACQ/files/uploads/GRACQ/PartageRue.pdf). Il n’en reste pas moins qu’effectivement, les cyclistes qui empruntent les trottoirs sont souvent des dbutant-e-s qui craignent pour leur scurit, la fois par manque d’habitude et par manque d’infrastructures cyclables dignes de ce nom. Outre l’ducation de tous les usagers, la meilleure faon d’arriver ce partage de la rue sera donc de rquilibrer drastiquement l’amnagement de l’espace public bruxellois au dtriment de la voiture et au bnfice de la mobilit durable, selon le principe STOP (pour « stappen – trappen – openbaar vervoer – priv vervoer », soit « pitons – cyclistes – transports publics – vhicule priv).

  10. Entirement d’accord: les vlos font trs souvent n’importe quoi sur le trottoir, ils doublent trs vite en frolant les pitons (qui ne les entendent pas).
    Ils se pensent tout permis, il serait temps que la police leur rappelle leurs devoirs.
    Le pire, ce sont les cyclistes bobo qui sortent leur vlo pour aller bosser (soyons colo…), quand il fait beau, sans trop de vent (donc 3 fois par an). Ils se croient sur la croisette des anglais, le pull nou sur les paules… et personne d’autres qu’eux sur terre.

  11. Je me demande pourquoi mon commentaire n’a pas t publi?
    Rponse trop vive?

    joli travail:)

  12. C’est vrai que Bruxelles est une ville tellement cycliste friendly que les audaces de ces derniers qui se permettent d’envahir sans gne aucune l’espace d’autrui, c’est insupportable ! Pitons qui, rappelons-le, ne s’aventurent jamais au grand jamais sur les pistes cyclables (pour rappel, si le trottoir sur lequel vous marchez est rouge… c’est pas un trottoir). Pourquoi certains cyclistes prfrent-ils emprunter les trottoirs plutt que la rue ? Je l’ignore.

    Je peux en revanche expliquer pourquoi moi, parfois, je prfre circuler sur le trottoir plutt que sur la rue :
    * circulation limite du 50, comprendre du 70 dans la pratique, avenue aux allures de bretelles d’autoroute…
    * Piste cyclable mal entretenue, avec des trous normes dans le revtements, ou pire que des trous, des ornires (qui a pris sa roue avant dans les rails du tram et s’est cass la gueule en pleine circulation comprend ce que les ornires ont d’horribles pour le cycliste.)
    * Piste amnage en dpit du bon sens le plus lmentaire : piste cyclable large, gnreuse, pour une fois n’ayant une allure lunaire qui soudain dbouche sur une avenue double bande de circulation… contresens des voitures (youhou !). Piste dboulant dans un angle mort, avec une visibilit nulle pour les automobilistes, dbouchant soudain sur un trottoir avec une marche de 20 cm (Zigzaguer pour retrouver son chemin en plein milieu d’une voie limite rapide, c’est sur, a fait tellement envie !), piste en plein milieu des voies rapides, etc.

    Alors oui, en effet, circuler sur le trottoir, c’est pas lgal et ce n’est pas fair-play pour les pitons, je suis bien d’accord. Et vu l’tat gnral des trottoirs, circuler sur la chausse est en gnral bien plus confortable. N’empche que dans certains cas, je continuerais faire chier les pitons plutt que risquer ma peau en empruntant la rue plutt que le trottoir.

  13. Je tiens confirmer qu’il y a des problmes avec CERTAIN cycliste.
    Je longe tout les jours le canal pour aller travailler et l’amnagement pour aller jusqu’ Delacroix est un mixte entre trottoir et piste cyclable. Et je rle au moins deux fois sur le trajet car un cycliste passe moins de 20 cm de moi alors que je longe la barrire et qu’il reste deux mtres avant d?arriver sur la rue qui est spare du trottoir par une imposante marge.
    Mais je tiens prciser que se n?est pas propre au cycliste !!!
    En effet, les pitons traversent en plein milieux de la circulation sur la rue sans regarder et coupent aussi la route aux cyclistes, aux voitures et aux transports en commun (et puis ils s?tonnent qu?ils se fassent craser), ils marchent trois de front au point de ne pas laisser une place sur le trottoir mme si vous arrivez en sens inverse ( ce qui a l?art de m?nerver, du coup je donne un bon coup d?paule la personne ne me laissant pas de place, je devrais faire quoi ? me mettre sur la rue ?)
    Les automobilistes qui ne connaissent pas les clignotants, les passages pour pitons, les feux rouges, l?interdiction de doubler dans un carrefour (et en grillant les feux en manquant craser les pitons qui traversent au vert et gnant la circulation inverse en faisant un face face), j?en passe des meilleurs?
    Les usags des transports en commun qui n?ont aucune politesse, ne vous laissant pas sortir du dit transport, qui cours pour s?assoir en poussant tout le monde alors qu?ils ne font que 3 arrts, le sens inverse est aussi bon en rentrant en premier mais ayant peur de ne pouvoir sortir, reste devant la porte ds qu?ils sont dedans alors que plein d?autres usags doivent encore monter. J?en passe encore plein que vous connaissez aussi si vous prenez les transports en commun?
    La conclusion est qu?il manque beaucoup d?usag pas mal de bon sens, et que ceux-ci mrite d?tre pouss, hu ou autre (Il m?est dj arriv de donn un coup de point dans une voiture au point de faire sortir son conducteur) MAIS n?oublions pas aussi les personnes respectable qui vous laisses passer avec un grand sourire, qui quand vous vous cartez pour les laisser passer en vlo vous font un signe et vous disent merci, merci toutes ces personnes qui me font oublier toutes les autres?.

  14. Pauv cyclistes. houspills par les pitons, crass et pollus par les autos mais obligs devenir cyclistes par la politique ‘voiture casse toi de la ville’…

    Mme en voiture sur le trottoir ouaisssssssssss. ha ha ha

LEAVE A REPLY