Resto : A bout de soufre

2
1568

Voici une adresse pour les plaisirs bachiques et la gloire charcutière.

A bout de soufre

Au 11 de la rue Tasson-Snel, des barriques sur le trottoir et un banc sont l’antichambre d’une salle faite d’une dizaine de tables. Aux murs un tableau indique les plats, dessert et grignotages disponibles, il a pour vis-à-vis un rayonnage de bouteilles.

La particularité du lieu c’est de proposer des vins bios, natures, sans adjonction de produits chimiques au cours de leur fabrication. Si vous voulez changer votre idée du vin naturel, « organic » comme disent les outre-atlantistes c’est ici qu’il faut venir.

Le vin est en vente à emporter ou à consommer sur place avec alors un droit de bouchon de 5 à 10 €. Ce qui met les bouteilles à 20 – 25€. Pour la bouche on est comblé aussi, la grande assiette de charcuterie et de fromage est à 12€, l’andouillette à 17€ et le dessert cote 5€. La carte joue la mélodie des plats de bistrot à la française mais il sont très bien maîtrisés et la qualité des produits est top.

L’ambiance musicale est elle étonnamment seventies et anglo-saxonne, Jefferson Airplane, Jimi Hendrix, le vin bio ouvrirait-il les portes de la perception ?

Si comme moi vous aimez le vin et son actualité, vous avez sans doute entendu parler du rapport publié [PDF] par le Pesticide Action Network qui révèle qu’à l’exception des vins bio la totalité des vins européens contiennent des traces de pesticides. Si ce genre de news vous fait craindre pour votre santé, ici vous pourrez sans craindre donner libre cours à votre goût du vin, avec la modération qui convient, of course.

A Bout de Soufre
Rue Tasson-Snel 11
1060 Bruxelles
TEL: 02 537 27 00
Bistrot et cave ouverts du lundi au vendredi dès 11H
Le samedi seulement lors d’animations ou, avec réservation, pour un groupe de minimum 10 personnes

2 COMMENTS

  1. Je trouves le commentaire de Jules plein d’lgance et de raffinement : si seulement il avait le potentiel d’argumenter…
    Sign : un des deux « limite  » connard.
    Max

LEAVE A REPLY