Bruxelles si c’était Mateusz

14
1613
Mateusz Photo

Je suis né lé vendredi 26 octobre 1979 à Gdansk en Pologne. Quelques mois plus tard Solidarnosc me suivait… après 5 années passées dans cette ville balnéaire, je rejoignais pour la première fois Bruxelles. Le Berlaymont se trouvait juste devant ma chambre les premiers mois puis j’ai migré face au parc de Forest. Ensuite s’en suivit un exil de douze ans à Bois-de-Lessines, un petit village hennuyer. Mon grand retour à Bruxelles correspond avec le début d’études à l’Ihecs que je n’ai jamais terminées… héhéhé Bruxellois depuis presque 10 ans, j’ai habité porte d’Anderlecht, Lemonnier, près de la place Dailly, place Collignon, boulevard Anspach, avenue Eugène Plasky, boulevard Reyers – au coin avec l’avenue Emile Max -, à la Chasse, au Parvis de Saint-Gilles, pas loin de Montgomery ou encore gare de l’Ouest. Bruxelles, c’est ma ville au quotidien et pour les vacances j’aime aussi.

Bruxelles si c’était une odeur, ce serait ce parfum humide qui provient des pavés de la Grand Place lorsque, vers 5 ou 6 heures, monte la rosée du matin. Un parfum que je reconnaîtrais parmi tant d’autres : apaisant, calme, qui vous parle doucement dans l’oreille pour vous guider jusqu’à chez vous, en paix. Grâce à ce doux fumet où se lient l’odeur ancestrale de la vieille ville, les effluves de bières et de poubelles des commerçants « voleurs » de ce que nous appellons la plus belle place du monde.

Bruxelles serait une couleur, ce serait l’arc-en-ciel. Hétéros, homos, bis, Flamands, francophones, Arabes, Espagnols, Allemands, Polonais, Chinois, Français, Péruviens, Roumains, Japonais, Bulgares, Suédois et que sais-je encore… sont partout au milieu du jeu de quilles bruxellois. Bruxelles multiculturelle, multilingue… Multi, quoi !

Bruxelles serait un son, ce serait celle de ses nombreux bars. Ici aussi, on pourrait parler de multi. Entre le Music Village, le Bizon, le 60, le DNA, les Halles Saint-Géry, le Dali’s, le Soleil, le Fontainas, le Zonneklop, le Mezzo, le Central, le Coaster, l’Amour Fou, le DM, l’Ultime Atome, le Bar Rouge et que sais-je encore, la musique est partout – qu’on aime ou pas. Et que serait Bruxelles sans ses nombreux DJ’s. A chaque coin de bar, ils en sommeillent des connus et de moins connus. Les Francis, Bertrand, Mandrak, Balthazar, Alain Bio, Stef X, Laurent Acoustix sont souvent les moteurs de toutes bonnes soirées.

Vous l’aurez compris, Bruxelles est belle la journée, splendide même, mais pour moi Bruxelles by night, c’est ma grande maison… normal puisque j’ai bossé presque huit longues années dans moult bars, brasseries et boîtes de la capitale… Depuis, si je me suis un peu assagi, je n’en reste pas moins un amoureux de la nuit.

Update le 7 septembre 2015.

14 COMMENTS

  1. J’ai encore de la famille proche dans la région à Gdynia, Sopot, Wladyslawowo… Enfin, j’ai de la famille un peu partout en Pologne, elle y est au complet, sauf mon père en Grèce ;-)

  2. dzien dobry mateusz !!
    Ca fait drôle de voir qu’il n’y a pas que des Polonais de Bialystok à Bruxelles.
    En tout cas, content de te lire ici aussi. Décidément, sans être le plus actif des blogueurs, tu es présent en pas mal d’endroits ;-)
    Alleï, dziekuje i do widzenia, ici ou ailleurs.

LEAVE A REPLY