Si chères infrastructures…

0
1986

Après la mort du viaduc Reyers, les faiblesses du Léopold II, voici le tunnel Stéphanie qui périclite… le béton tombe, l’armature est corrodée…

Touring râle, Bruxelles-Mobilité (ils portent vraiment très mal leur nom) est désolé. Les riverains, les automobilistes, les commerces vont sans doute pâtir durablement de la situation.

Qu’elle est-elle ? Une infrastructure semble par défaut d’entretien, mettre en péril la sécurité de ses usagers. Ces infrastructures sont depuis la 4e réforme de l’Etat sous la responsabilité des régions. A Bruxelles il semble évident que depuis des temps immémoriaux le poste de Ministre des travaux publics n’implique pas de rendre des comptes sur la maintenances des ouvrages. En fait la maintenance semble ne pas faire partie du périmètre de compétence des institutions locales, le délabrement étant un marque de fabrique régionale. A tel point que lorsqu’un outrecuidant Français se permet de trouver la ville sale, en mauvais état, on le lynche.

Aveugles et amnésiques, nous voilà condamnés à ne jamais sortir du labyrinthe des infrastructure déliquescentes et de leur impact sur notre pratique de la ville.

Après avoir bruxellisé notre patrimoine architectural et nos quartiers populaires, nous laissons pourrir sur place nos infrastructures routières. Atavisme.

Pour mémoire les édiles en charges desdites infrastructures et dont l’incurie mène à la situation actuelle :

Pascal Smet : 2014 – aujourd’hui
Brigitte Grouwels : 2009-2014
Pascal Smet : 2005-2009
Jos Chabert : 1999 – 2004
Eric André : 1994 – 1999
Jean-Louis Thys & Dominique Harmel :1989 – 1994
… une liste qui mérite d’être remise en lumière.

Mais ils n’y sont sans doute pour rien… c’est la pluie, la pollution, le gel, le sel, le temps qui passe, pas de chance…

LEAVE A REPLY