Bruxelles, si c?était Hélène

0
1955

Bruxelles, c?est la ville où je suis arrivée sans vraiment le décider, au hasard de mon choix d?études.

Bruxelles, c?est la ville dans laquelle je me suis quelques fois perdue, en empruntant le tram 90 de la gare du Nord à la gare du Midi, ignorant que je ferais tout le tour de la ville.

Bruxelles, c?est la ville dont, au fil des promenades, des découvertes, des surprises, des moments forts, je suis tombée en amour.

Bruxelles, ce sont de nombreux grands écarts. Une ville où je passe d?un concert classique au Bozar à une soirée New Wave à la Bodega. Une ville que je parcours à vélo d?un bout à l?autre en à peine plus d?une demi-heure. Une ville où je passe du fourmillement de la chaussée de Gand aux villas quatre façades du Karreveld. Une ville où, que j?aille dans un bar tendance du centre-ville ou dans une buvette sportive perdue au milieu d?un parc, je boirai les mêmes bonnes bières. Une ville où l?on me dit « Sympa ! » quand je dis que j?habite (les quartiers du bas de) Saint-Gilles et « Fais gaffe à toi ! » quand on apprend que je déménage vers (les quartiers résidentiels de) Molenbeek.

Bruxelles, je la voudrais encore plus verte et encore plus douce (surtout en terme de mobilité). Je la voudrais fière de ses contradictions, de ses tics de langage, de ses quartiers populaires. Je la voudrais entière, et non divisée par une frontière d?eau qui ne devrait pas en être une. Je l?aimerais encore plus si?

En fait, non. Bruxelles je l?aime déjà tout plein comme ça.

SHARE
Previous articleLève la tête (43)
Next articlePortrait de bruxellois, Eric
Cycliste, féministe et amatrice de bière. Souvent le tout en même temps. Parfois noyant la frustration de l'un dans l'autre...

LEAVE A REPLY