Bruxelles, si c’était Stefania

2
3220

10404341_10204703178991971_6136433765197979128_nJe rejoignais pour la première fois Bruxelles le 1er novembre 2010, seule, pour un stage de 3 mois.

Mon premier souvenir de Bruxelles? Uh, vous allez dire le froid, parce que je viens du sud d’Italie… mais non! Plutôt, mon premier souvenir est le silence. Magasins fermés, aucun passant dans la rue, aucune carte de la ville ni smartphone pour m’aider. Je n’avais aucune idée de comment atteindre ma destination (une résidence pour stagiaires près de Botanique.) J’ai donc commencé à marcher guidée par mon très (très, très) mauvais sens de l?orientation. Une heure après, crevée, un taxi m’a sauvée… Mon premier stage a finalement duré 6 mois.

10342988_10204856302259957_994479997559766881_n

Je ne crois pas aux nouvelles vies, je crois dans une seule vie qui change. Et Bruxelles a changé ma vie de plusieurs façons.

Bruxelles est très capricieuse. Elle m’a donné l’amour et puis elle a joué à me l’arracher.
Elle semble parfois vouloir me retenir, et parfois vouloir me renvoyer.

En 2012, après mon diplome universitaire, je me suis retrouvée à nouveau ici, pour un contrat de quatre mois qui a finalement duré… jusqu’à présent!

Entretemps, j’ai habité à Botanique, à la rue du Marteau, puis à deux pas de la Grand Place, puis encore à Georges-Henri, à la rue Stevin, à Schaerbeek, et maintenant je me suis installée au Square Ambiorix.

Si Bruxelles était un dessin, elle serait le dessin d’une fenêtre sur les toits.

Si Bruxelles était une saison, ce serait l’automne. Les feuilles jaunes, rouges et vertes se ramassent sur les trottoirs.

10428054_10204703186312154_3753951865336217883_nSi Bruxelles était une fleur, ce serait une rose. J’adore me promener dans les rues de la commune résidentielle de Woluwe-Saint-Lambert, où chaque maison a un jardin rempli de roses.

Bruxelles si c?était une épice, ce serait la cannelle. Bruxelles, c’est les crêpes aux pommes et cannelle de la Maison des Crêpes, et le vin chaud du Marché de Noël.

Bruxelles c’est l’odeur du bois humide de la Forêt de Soignes.

SHARE
Previous articleEntendu à Bruxelles : « Et il l’a trompée ? »
Next articleLève la tête (43)
Expat napolitaine à Bruxelles. J'aime sourire, j'aime marcher et voyager. Bricoleuse, créatrice, accro à mes produits naturels pour le corps. Je suis fière de m'occuper de la gestion d'un superbe espace de coworking à Bruxelles ! Je ne suis pas doué pour l'écriture, mais plutôt pour le dessin.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY