Gare du Midi – Brussel Zuid

0
2270

 

La gare du Midi fait partie intégrante de mon paysage journalier. Je la côtoie, l’explore deux fois par jour, 5 jours par semaine. Avec le bal incessant des chariots ‘rail gourmet’ sur les voies 3 et 4, voies de départ pour les TGV, que je regarde derrière le grillage des voies 1 et 2, départ de l’Eurostar vers Lille et Londres. Ces annonces de changement voie (spoor) sont un bon moyen d’enrichir un vocabulaire encore inconnu. Quelque soit l’heure où je m’y trouve, elle grouille de monde, courant, cherchant, attendant, errant et espérant parfois aussi. Il y a bien sur d’autres choses à voir à Bruxelles, mais cette gare est à seule aussi un monument, en réfection.

Mon parcours matinal est toujours le même ou presque, j’emprunte le couloir principal en provenance de l’une des voies les plus éloignées de mon point d’arrivée, qui sera quelques instants plus tard, mon nouveau point de départ, puisque je ne suis ici qu’en transit. Le soir est un peu différent, mon chemin m’emmène dans les entrailles de la gare pour prendre mon tram, car après 20 heures les trains de ‘banlieue’ se font un peu plus rares. Il serait dommage de perdre 40 minutes d’un temps si précieux alors que Bruxelles offre tant d’alternatives, par toujours fiable je dois quand même l’avouer. Mais on trouve des alternatives aux alternatives, l’exploration des lignes de tram (tous les chemins mènent à Râ?¦) Au début je prenais que le 51, qui me semble être le plus rare des trams comparativement aux 3 ou 4, plus vétuste aussi. Alors j’ai appris et pris le 4, il a un parcours similaire au 51, puis bifurque à gauche à la station Albert, pour sortir à l’air libre. On emprunte ensuite l’Avenue Brugman, une longue descente passant par Messidor, j’adore cette ligne droite large, parsemée d’arbres et de magnifiques maisons de maitre (si vous avez les moyens certaines sont à vendre). A Globe, je descends pour attendre un bus qui finalement reprendra le même chemin que mon 51 pour me poser quelques arrêts plus loin à ma voiture.

Il y a la gare, ses voies, les gens, le magazine ‘metro’, que je prends au passage chaque matin. Mais dans la gare il y a aussi tous ses magasins, ouvrant tôt et fermant tard, permettant aux gens de flâner ou d’acheter un petit truc en attendant. A la porte ‘Horta’ qui donne sur une longue place et le point ‘taxi’, il y a deux grandes reproductions de planches de Hergé.. immenses..

Cela me fait penser que je dois aller jeter un Å?il au musée de la bande dessinée, on m’a dit il y a pas grand-chose à y voir, mais être là et ne pas y aller c’est comme rater son tramâ?¦

 

Sylvie

LEAVE A REPLY