« Panem et Circenses » dans la capitale de l'Europe

7
1493

Les beaux jours sont enfin là et les évènements se < > multiplient dans notre capitale. Après le Brussels Jazz Marathon du mois de mai et le Couleur Café de ce week-end vont encore venir le 'De Gulden Ontsporing' et le fameux Brussels Summer Festival. Cette petite liste est évidemment loin d'être exhaustiveâ?¦ Yelyam se charge d'ailleurs régulièrement de vous tenir au courant de l'agenda bruxellois. En dehors des manifestations musicales, il y a également de multiples autres occasions de s'amuser : Roller Bike Parade, Bruxelles-les-Bains, Nuit Blanche, etc.

© Leo Exter | Merci à Leo pour cette photo | Couleur Café 2012
© Leo Exter | Merci à Leo pour cette photo | Couleur Café 2012

La majorité des évènements organisés à Bruxelles est privée. Le sponsoring et le ticketing financent une grande partie de leurs budgets. Une grande partie ? Mais alors, d'où vient le reste ? Vous l'aurez compris : de nos impôts. Difficile de savoir qui donne combien à quoi comme subsides. Si l'information est disponible, elle est bien cachée.

Sur le site de l'open-VLD bruxellois, on apprend toutefois de la bouche de Guy Vanhegel (Ministre des Finances de la RBC) qu'un subside de EUR 55000 a été accordé à Couleur Café « pour que le prix d'entrée puisse rester bas ». Prenons notre ministre « libéral » au mot : EUR 55000 pour 75000 entrées, cela fait 75 centimes par ticket. Sans les subsides, le prix du ticket aurait donc dû être porté à EUR 36,75 au lieu de EUR 36. Pas besoin de faire de commentaires sur la différence de prixâ?¦

A cela s'ajoute probablement des subsides de la Fédération Wallonie-Bruxellesâ?¦

Les subsides pour la culture posent en fait toujours les mêmes questions : Qui définit les critères et les montants ? Quelle est la justification morale pour prendre l'argent payé par tous les contribuables pour satisfaire les envies d'une petite partie d'entre nous ? Qui nous
< >

garantit également que sous couvert d'asbl, les organisateurs ne s'enrichissent pas avec l'argent du contribuable (privatisation des profits et socialisation des charges) ?

Pour enfoncer le clou, il faut savoir que la Région de Bruxelles-Capitale dépense 25 % de plus que ses recettes et que son endettement est égal à un an de rentrées! Est-il vraiment opportun de dépenser de l'argent que l'on n'a pas pour faire la fête ?

Après ces réflexions très terre-à-terre, je vous souhaite un excellent été à Bruxelles.

Francisco d'Anconia

7 COMMENTS

  1. En lisant tes constatations pertinentes Franisco ,tu me fait penser a nos politiques , et mme a la politique en gnral qui camoufle ces envies de faire parler d’elle en jouant sur les seul petits plaisirs que nous laisse encore notre pouvoir d’achats qui se rvle mince d’anne en anne ,et mme si les temps sont difficile , on peu s’estimer heureux que la fte seras encore la cette anne dans notre belle ville …..((entre les vnement payant et la gratuit de certain lieux on a encore quelques choix et n’est ce pas la la plus belle vitrine de notre beau petit pays ?j’ai pass mon week-end entre le sablon et les catacombes de l’ancien palais royal avec un petit tango dans notre parc royal .. qui s’avrais trs festif pour ce week-end culture *sans caf ;p))

    si je rpond sans somation c’est parce que le ton est triste…
    vite un post sans ngativit je suis sure que tu en est capable ;))

  2. Oui mais non … je suis d’accord concernant la subjectivit des critres et des montants qui tiennent plus du relationnel (voire copinnage) qu’autre chose.
    Cependant, cela ne concerne que les vnements totallement privs comme le couleur caf par exemple. Le coup du prix des billets est un mauvais prtexte o effectivement on dirait que la diffrence est drisoire … par contre elle peut faire la diffrence sur les cachets d’artistes … histoire d’avoir du lourd et pas le gars qui joue de la gratte en sandales Simonis ! Il ne faut pas ngliger non plus les retombes directes & indirectes mme si, pour un vnement 100% priv, elles sont moindres et difficiles chiffrer. Mais vu la la logistique, a chiffre ! On peut mettre en avant aussi le fait de confronter des centaines de students pour une premire fois au monde du travail … Puisque cits dans l’article, je tiens aussi prciser que BLB est gratuit, il faut le voir comme une forme de service public ! Et sur BLB les rentres d’argent ne se font que via les concessions, sponsors & partenariat Public/Priv (pour certaines soires par exemple) …donc sans subside –> la trappe !!! Le BSF quant lui propose une bonne affiche pour un prix drisoire par rapport n’importe quel festival ! Et l les retombes directes et indirectes sont chiffrables et prcises … Donc oui, ces subsides sont absolument ncessaires et donc oui, un peu de rigueur et/ou un audit seraient parfois ncessaires lorsqu’on subsidie du priv ! Voil donc pour ma petite contribution … bientt surement !

  3. En 2000, il n’y avait pas de Roller Parade, pas de Bruxelles-les-Bains, pas de festival d’t comme le Summer Brussels Festival… On se faisait chier comme des rats morts pendant l’t. Il n’y avait rien part la Foire du midi… Foire o l’on allait pas car trop mal frquente. Depuis que la Ville y a investit de l’argent en policiers sur le terrain, la Foire a repris de belles couleurs et bat des records d’affluence. Grce de l’argent public investit en scurit…

    Perso, je suis pour ce soutien du tourisme bruxellois.

  4. Mateusz, je suis d’accord sur la scurit. Pas de compromis sur la scurit pour que chaque personne se sente en confiance Bruxelles (habitant ou touriste).
    Par contre, Pierre, je ne vois pas ce qu’un BSF a de service public… (remarque valable pour tout autre vnement d’ailleurs). Je ne vois aucune raison pour que la rgion creuse sa dette (aux frais de tous) afin qu’une minorit assouvisse sa passion.
    En outre, les subsides crent une concurrence dloyale. Un oprateur purement priv pour le mme service aura un concurrent avec un avantage face lui.
    Prenons l’exemple de « agenda.be » qui est un site web financ par l’argent du contribuable: d’autres sites privs d’agendas se trouvent avec un concurrent dloyal (puisque subsidi). Donc, tout le monde y perd: l’entrepreneur qui a des clients en moins et le citoyen qui voit ses impts payer ce site !
    Si on veut de la cration d’vnements Bruxelles, il faut laisser l’initiative prive se lcher un peu et dserrer le carcan qui rglement tout tout le temps.

    Je prvois d’ailleurs un prochain billet sur des vnements Bruxelles qui ne reoivent aucun subside et qui ont leur petit succs. Ceci montrera bien que c’est possible (alors qu’ils doivent faire face la concurrence d’vnements subsidis).

  5. C’est pas faux ! Mais les events privs me posent rgulirement problme : c’est souvent le profit la motivation premire ( le simple exemple de la bire est parlant : pas de maes ou de jup’ dans un gobelet rutilisable, mais de la Coronna ou Karlsberg 3? la bouteille tide –> non seulement le sponsor fournit pour 25k/30k? de boissons et en plus on te la fait payer un pont !), ils dbarquent avec leur fournisseur, leur m.o. … sur BLB ou Plaisirs d’hiver, une partie des jeunes inactifs du quartier sont occups et rmunrs ! Les artisans-commerants font une bonne partie de leur chiffre annuel sur ces vnements etc … Ce sont des exemples sortis du contexte global mai quand je parle de « service public » c’est tout a et pas seulement le fait de rendre un bout de plage accessible tous … comme un service rendu la communaut ! Il est clair que ce n’est pas absolument ncessaire, ce n’est pas une question de vie ou de mort, tout est discutable … on peut tous rester chez soi et regarder les experts ou plus belle la vie … Pour en revenir ta remarque pertinente sur cette forme de concurence dloyale, il y a dj un dbut de solution cela : le partenariat public/priv … cela permet au priv d’avoir la visibilit et d’utiliser la structure du public, tandis que le public peut rcuprer une partie des recettes et donc de moins dpenser l’argent du contribuable (sujet piquant pour toi on dirait, serais-tu comme-moi indpendant / personne morale ?) … personnellement cela ne me drange pas de savoir qu’une infinitsimale partie de mes impts contribuent un peu de culture/fte/evenements divers … videmment je suis Bruxellois et j’en profite … quid des autres ?

  6. Mon billet ne pose que deux questions:

    1. Est-il lgitime de faire la fte en s’endettant ?

    2. Est-il moral que la majorit paye pour satisfaire les envies d’une minorit ?

    La mme question fait l’objet d’un dbat sur lesoir.be d’aujourd’hui propos des 5 millions qu’a cot le Tour de France en Wallonie… http://bit.ly/MFqwdg

    Manifestement, je ne suis pas le seul m’interroger ;)

  7. Peut-tre que la vraie question a n’est pas « comment utilise-t-on nos impts? », mais « sur quelle base sommes-nous imposs? ». C’est un peu hors-saison mais tous les ans je pleure en voyant les dcorations de nol: « est-ce que vraiment un jour j’ai donn mon autorisation via un vote x ou y pour qu’on dilapide mon argent dans des guirlandes de nol??? »

    Nol est une fte paenne, le paroxysme du marketing, l’apologie du mensonge et un drame social la fois (demandez donc aux personnes isoles auxquelles on balance le pseudo-bonheur des autres la gueule travers la soi-disant fte de nol). A ma connaissance il n’y avait pas de guirlande dans l’table de Jsus.

LEAVE A REPLY