Jullian, un artiste qui ensoleille les dimanches de pluie

0
2041

Dimanche, j’avais de grands projets pour moi dans Bruxelles. Et puis, comme dans un été bruxellois, la pluie les a bien vite balayés.

Pas de festival, pas de musique, pas de fête…. à vrai dire, je suis restée dans mon lit devant une bonne série.

Heureusement pour moi (et pour mon quota de sorties), Jullian (un chanteur dont j’avais fait la connaissance au début du printemps) a organisé une petite fête au Cercle des Voyageurs pour la sortie du tout premier clip de son tout premier album « Origines« .

Je me < > suis décidée à sortir et aller voir de près un clip qui, au vu de l’équipe réunie pour l’occasion, méritait d’être vu…. Et puis, au moment de sortir, le soleil a brillé… me guidant lumineusement jusqu’au centre ville….

Au programme, avant la diffusion du court-métrage, il y a eu un mini concert : Jullian, seul avec sa guitare nous a présenté quelques unes de ses chansons. Parmi elles, « Bruxelles », qui a ma préférence, je l’avoue …. (le clip devrait suivre d’ailleurs…!)

J’ai également découvert quelques autres morceaux qui nous parlent d’amour, de départ, de rupture, de retours…. et de toutes les filles qui lui font tourner la tête !

La cave du Cercle était bien remplie de toutes ces personnes, amis, copains, curieux et professionnels du cinéma qui ont donné de leur temps afin d’offrir à un jeune chanteur Bruxellois la possibilité de mettre en images la chanson-titre de son album.

Et de là, l’aider à se lancer, à se faire connaître, à une époque où les subsides sont distribués avec parcimonie, et où l’attention du public va plus facilement vers un clip que vers un site de téléchargement légal de musique.

Mais des projets, sans subsides, peuvent voir le jour, grâce à la ténacité d’artistes comme Jullian, qui, en plus de la création musicale et des concerts, jouent les managers, les communicateurs, et qui au détour des chemins de la vie croisent sur leur route des personnes prêtes à les aider.

Par exemple : Olivier Tordeur. Il s’est décidé à se lancer dans la production (en marge d’une belle carrière dans le secteur du cinéma qui lui permet de connaître à peu près tout le monde) afin de lancer des projets artistiques de qualité, de mettre son carnet d’adresses et ses compétences au service de jeunes artistes.

Ce soir-là, j’ai également longuement discuté avec Catherine Grossen, grâce à qui je comprends un peu mieux le métier de script (« c’est la mémoire du film, nous nous assurons que toutes les scènes tournées correspondent au scénario, ou en cas de changement par rapport au texte, à ce qui a déjà été tourné« ).

Elle m’a également expliqué les autres postes utiles sur le tournage d’un film, qu’il soit long ou court. J’attends avec impatience le premier film qu’elle ne manquera pas de réaliser elle-même…

Le lendemain, j’ai eu une discussion avec Mounir Ben Bachir, 1er Assistant sur le tournage du clip de Jullian et qui est à la veille d’être lui-même réalisateur sur un premier projet… Si Mounir fait une belle carrière (ce que je lui souhaite), on pourra dire que le cinéma belge doit beaucoup à Khadafi… mais c’est une autre histoire….

Mais trève de bavardage, passons au clip de Jullian dont les morceaux mettent de la joie dans nos maisons et du soleil dans nos dimanches….

LEAVE A REPLY