Week-end Bienvenue, à la redécouverte des quartiers bruxellois

0
2264

Ce weekend du 24 et 25 mars 2012, Bruxelles était rythmée par certaines manifestations, comme par exemple le Scharnaval, le Carnaval de Schaerbeek. Grâce à l’initiative Week-end Bienvenue, Bruxelles a aussi fait redécouvrir de nombreux quartiers aux visiteurs d’un jour qui ont profité du soleil pour se balader, et tenter de comprendre des lieux bruxellois méconnus, et pourtant extrêmement riches. Leur histoire, leurs cultures locales, leurs développements urbanistiques et durables, sont autant d’informations indispensables pour voir et imaginer Bruxelles autrement.

L’embarras du choix

Le Week-end Bienvenue de Bruxelles, c’est l’occasion de mettre en avant des dizaines de quartier parfois méconnus de la capitale, ainsi que leur association, leur comité, et toutes ces personnes qui s’organisent – souvent bénévolement – pour un meilleur bien-être de leur environnement.

Harenois depuis peu, je souhaitais découvrir les coins cachés du village. Oui, Haren est un village, vu qu’on y dénombre un peu plus de 4.000 habitants.

Eglise Sainte-Elisabeth de Haren
Eglise Sainte-Elisabeth de Haren

Rendez-vous pris samedi midi, sur la place principale, en face de la superbe église Sainte-Elisabeth (12e siècle). C’est au Kortenbach que se croisent toutes les tendances; la permanence de police fait face aux deux maisons culturelles, l’une flamande, l’autre francophone. La bonne entente règne, et les réunions du comité de quartier se passent souvent dans la grande salle du « De Linde », l’espace communautaire néerlandophone.

Durant tout le Week-end Bienvenue, des ambassadeurs se sont proposés pour accueillir et présenter les différentes facettes des quartiers bruxellois. A Haren, le Comité de Quartier était présent en force. Laurent Moulin fait partie de ces amoureux du village. Il en connait les plus petits recoins. Il nous a promené dans le nord et le sud de Haren, sur des petits chemins de campagne fort bucoliques.

La fête à Haren, c’est avant tout une rencontre citoyenne sympathique et pleine de vie. Beaucoup d’émotions et de discussions aussi…

Au programme donc, des concerts au Linde, des dégustations de fromage et de bière spéciales dans le splendide bar ‘t Oogenblik, ouvert depuis 38 ans, et hyper accueillant! Je vous conseille vivement de vous y rendre; l’horaire est un peu particulier, vu qu’il n’ouvre que le mercredi soir, et parfois les vendredi et samedi, en fonction des concerts qui s’y jouent. Un lieu magique dans lequel je ne manquerai pas de jouer très prochainement.

Pour continuer avec les parfums et les mises en bouche, des plats africains attendaient les visiteurs près du chapiteau gonflable. Pour les moins téméraires, le classique pain saucisse/hamburger accompagné d’une bonne crêpe et d’une blanche étaient juste parfaits, avant d’entamer la visite du village.

Des métiers en tout genre

Haren se distingue par de nombreux sentiers arborés, des petits chemins reliant quelques routes principales, le tout dans un calme olympien. Pas d’exagération non plus, il y a bien des avions qui passent au dessus de nos têtes, mais ils se faisaient plutôt rare en ce weekend ensoleillé. Tant mieux.

Vélos originaux - Haren
Vélos originaux

Cette balade nous emmène chez un créateur de vélos originaux. Vous vous imaginez rouler couché sur le dos? D’après ce spécialiste de la question, cela semble tout à fait possible!

Plus loin, après avoir traversé le Keelbeek et les collines des Teletubbies (et le futur emplacement de la prison dont je vous parle ici), on retrouve soit une caverne d’Ali Baba, avec un hangar énorme, digne d’un palais d’Aladdin soit une spécialiste du Paraguay qui expose des objets stylisés d’origine sud-américaine.

Ailleurs, au Pré aux Oies, Jules nous présente les vieilles machines qui ont permis plus d’un siècle de culture intensive du chicons, de la carotte, des choux et tant d’autres légumes de nos contrées. Et plus loin, la ferme du Castrum se dévoile légèrement, en tant que plus vieille habitation privée classée de la ville! A l’autre bout du village, face au dépôt de la STIB, le premier immeuble d’appartements passifs de Bruxelles complète ce riche contraste urbanistique.

Une redécouverte du terroir qui confirme la présence d’un village riche en histoire, en culture et accueillant une biodiversité très particulière, tout cela à quelques kilomètres à peine de la Grand-Place.

Le Keelbeek, zone de promenade verte qui risque d'être détruite par l'implantation de la nouvelle prison de Bruxelles.
Le Keelbeek, zone de promenade verte qui risque d'être détruite par l'implantation de la nouvelle prison de Bruxelles.

LEAVE A REPLY