J’ai testé la zone 30

6
1680

Je suis un piéton, un cycliste et aussi un conducteur courtois.

J’aime à laisser passer le piéton et le voir déambuler qui, pressant le pas pour me rendre la courtoisie, donne à voir un dandinement amusant, qui, le menton hautain feignant le dédain sûr de sa préséance, ne daigne pas croiser mon regard, qui, simplement à son affaire et conscient comme moi qu’un individu l’a pris en considération, me décoche un sourire, un geste de la main, un témoignage.

Je n’empiète pas sur les zones cyclables. Je me rabats pour laisser venir le cycliste qui roule à contre-sens dans les sens uniques, je vérifie dans mon rétro quand je tourne à droite que je ne vais pas estropier un être vêtu de jaune.

Je respecte les règles, je les aime elles m’assurent une certaine tranquillité d’esprit, elles évitent la loi du plus gros, du plus véloce, du plus intrépide, du plus con.

Mon seul tort c’est de considérer les chauffards avec une détestation absolue, et souhaiter que leur bêtise soit la cause de leur perte. Souvent l’habitacle de mon véhicule se remplit de noms d’oiseaux. Si après la mort un quelconque purgatoire existe, je me l’imagine comme devant être ce lieu où tous les chauffards doivent s’excuser des manquements de leur vie terrestre face à ceux qui les ont agonis d’injures… une éternité absurde.

Mais voilà que dans ma pratique de la route une nouvelle règle apparaît : le Pentagone devient zone 30. Si de manière générale l’idée séduit, ce sera plus cool, c’est le simplisme de son application qui risque de faire passer ses initiateurs pour des amateurs voire des incompétents et faire basculer le plus civilisé des conducteurs du côté des chauffards les plus abrutis. Damnation !

Comment sortir du tunnel Louise sur la place Poelaert à 30 km/h ? Où sont les indicateurs de décélération : 70, 50, 30 ? Comment remonter la rue Royale, la rue de la Régence ou emprunter la rue de la Loi en 1ère à fond ou en 2ème pied léger au sortir d’une voirie de taille identique hors limitation ? Sans parler du boulevard Pachéco et de sa sortie de tunnel.

Comment gérer la complexité du trafic avec une horde de pressés qui poussent par derrière, doublent quand rien sur la voirie des grands axes non exemptés n’invite à la limitation nouvelle ? Le conducteur courtois sous les quolibets et les klaxons se demande s’il n’est pas seul au monde.

6 COMMENTS

  1. Bien d’accord avec l’esprit de l’article, mais pour sortir du tunnel Stphanie il ne faut que l’indicateur de 30 (qui est l depuis les travaux dans ce tunnel). Toute la rgion est dj 50km/h (sauf indiqu dans certains tunnels comme Lopold, Montgomery,…), et pas d’exception l pour le tunnel Stphanie.

  2. Cette limitation dbile n’aurait pas eu lieu si la majorit des conducteurs n’taient pas dbiles. Les rares conducteurs courtois payons l’incivilit de la majorit des autres. Je continue penser que le permis de conduire se gagne et se conserve beaucoup trop facilement.

  3. Tout fait d’accord.

    J’ajouterais encore une considration. Cela n’aide nullement le « conducteur courtois » que nous sommes le fait que la Rgion ait dlaiss la signalisation des tunnels de l’avenue Louise. Pas un seul signal de limitation de vitesse. Pourquoi? Je ne connais pas un moment du jour ou de la nuit o les gens y roulent 50 km/h. Seul gagnant: le budget rgional, puisque la police s’amuse rgulirement envoyer des PVs sals (du vcu).

  4. Effectivement dans les tunnels ou sur les grands axes (Gnral Jacques, Louise, ..) j’ai beau tenir les 50km/h : il n’y a personne qui reste derrire moi ou alors que trs rarement. L’histoire des 30Km/h sur les grands axes ne sera jamais respect mais en mme temps il faut des sous dans les caisses donc voil.

LEAVE A REPLY