Les limites de la liberté

0
7204

C'est trop dispersé.

Je parle du programme, là, en-dessous, pour la semaine à venir. Ã?a va un peu dans tous les sens et je ne trouve pas un fil rouge pour te guider dans ce Bruxelles qui déborde d'activités.

Impossible de tout mettre. Trop long, trop de choses, des milliers de choses que je n'ai pas le temps de découvrir.

Je me rends compte que je suis libre de participer à tout ce que je veux, de me rendre là où je désire, de plonger dans des univers très différents, de partir à l'aventure dans des caves ou des greniers, des grandes salles de concerts ou des brunch intimistes…

Mais cette liberté est limitée par elle-même. Choisir, c'est renoncer ? Oui, renoncer à la liberté d'aller ailleurs.

Alors bien sûr, je ne vais pas me lamenter sur mon sort, pauvre 'petite filleâ? riche que je suis, riche de tous ces événements bruxellois. Affranchie de toute limite à mes mouvements : je fréquente qui je veux, je sors à l'heure qui me convient le mieux, j'écoute la musique qui me plaît.

Pendant ce temps, dans un ailleurs qui se trouve partout dans le monde, des millions d'enfants et d'adultes ne sont libres ni de leur mouvements, ni de leur choix, ni de leurs pensées. Victimes de l'esclavage moderne qui les contraint à travailler dans des conditions inimaginables.

Je n'en parle pas innocemment, le programme de la semaine nous en apprendra plus sur cette question.

Jeudi 1 mars 2012

Je commence le week-end assez tôt, cette après-midi, il y a le Parcours design, à la D'Ieteren Gallery, rue du Mail, qui fera découvrir (jusqu'au 9 mars) le travail de plusieurs designers.

Dès 18h30, comme tous les jeudis, le Cinéphage propose un film au prix d'entrée dérisoire de 1€.

Cette semaine, c'est Manhattan de Woody Allen. Un film en noir et blanc de 1979 qui contient quelques dialogues qui ont fait le succès de ce cinéaste, connu pour mettre en scène sa ville….

Il sera peut-être encore temps de se rendre au Vernissage Steven Tevels 'Sound in Progressâ?, B-Gallery, dans la superbe galerie Bortier, réputée pour ses bouquinistes.

En soirée, difficile pour moi de ne pas aller écouter le DJ set de Simon LeSaint chez Mr Wong.

Vendredi 2 mars 2012

Pour ceux qui aiment le reggae, c'est un jour faste ! Si j'étais toi, je commencerais ma soirée au Zwanzeur, ce café-restau dans l'avenue Jean Volders, à deux pas du Parvis de Saint-Gilles, pour y assister au Concert Kokyoko. Ensuite, je ferais une promenade digestive en me dirigeant vers le coeur des Marolles, de l'autre côté du boulevard où se trouve la Porte de Hal. Je prendrais la rue Haute jusqu'à la rue des Capucins, une des petites rues perpendiculaires à la rue Haute, adresse du Bazaar, et de la soirée Treasure Island.

Le vendredi soir, beaucoup le savent : c'est le place to be à Flagey. Mais le savoir n'aide pas à comprendre ce qui s'y déroule réellement et à en profiter réellement. Certains ratent le coche, pensant avoir tout compris, alors qu'ils n'en perçoivent que des bribes, comme tout le monde, moi compris…

Flagey c'est le lieu de croisement de tas de personnes très différentes.

Au Belga, à l'heure de l'apéro, tous les vendredis de l'année se réunissent les motards, reconnaissables aux très nombreuses motos et autres deux roues parquées sur la Place Sainte-Croix et aux innombrables casques et vestes en cuir qui occupent quelques tables.

Au Pantin, c'est les Couchsurfeurs de Bruxelles font connaissance de manière récurrente, profitant encore plus de l’espace depuis que ce café s'est agrandi. Les 'Hipstersâ?, eux sont au Tigre, qui accueille un DJ toutes les semaines.

Les plus marginaux se voient au Murmure, les plus ambitieux au Bar du Marché (l'ambition portant tant sur leurs carrière, que sur leurs capacité à avaler un nombre impressionnant de cocktails durant la Happy Hour ou de trouver quelqu'un avec qui finir la nuit).

Les plus créatifs au Flip, les plus perdus dans l'alcool et dans les problèmes de vie sont à éviter à la Brasserie du Marché, les plus voyeurs ont parfois la chance d'avoir la bonne table avec vue sur la Place au Pitch Pin, et ceux qui ont faim de violons tziganes et soif de bon vin, trouvent à coup sûr le chemin vers la Cave à Vins.

Ceux qui s'en foutent, qui ne veulent pas être étiquetés, qui se sentent bien à peu près partout, n'hésitent pas à se poser à l'Oregua, l'un des nombreux petits cafés portuguais du quartier. Et puis arrive parfois cette heure magique où, bien pris par l'alcool et la drogue, tout le monde se fout un peu de sa place et de l'endroit. Ces nuits de grâce où les frontières tombent entre les tribus de la nuit, c'est parfois à la Diligence que cela se termine…

Les jours de beau temps, s'y ajoutent le centre de la Place, les marches de l'Eglise, les abords de l'étang… Cela fume, cela rit, cela drague, cela joue du djembe ou de la guitare. Les soirs de festivals, le va et vient est encore plus impressionnant… Des tas de monde parallèles qui se croisent sans se voir, chacun ayant un radar lui permettant de repérer dans la foule les siens, faisant totalement abstraction des autres, compétences partagées par tous les homo flageylus.

Enfin, plusieurs fois par an, dans la rue du Belvédère, porte arrière du paquebot Flagey, il y a une soirée dans les locaux de La Cambre. Ce soir c'est MoroccanFunk avec un concert suivi d'un DJ Set. (3€>23h<5€)

Si tu veux voir sous d'autres cieux ce qu'il se passe : il y a la Warm Up, à La Tête d'Or, sur la Grand Place ou la soirée Dansez-vous Cold but Chic chez Mr Wong, ce qui confirme donc que les soirées Dansez-vous Français n'ont plus lieu au Métro Valdi….

Samedi 3 mars 2012

Les temps promettent d'être difficile, certains font des plans de vie différente, se disent qu'il est temps d'apprendre à cultiver ses légumes, tricoter ses pulls ou coudre, produire son pain…. Il ne faudrait pas oublier d'apprendre à fabriquer sa propre bière, histoire de continuer à faire la fête, même dans l'ère postapocalyptique.

Cela tombe bien, il y a le Brassin Public à la Brasserie Cantillon. Cela commence très tôt, afin de suivre toutes les étapes… Je conseille plus que vivement la visite de cette brasserie, qui est également le musée de la Gueuze, avec des explications des guides, qui ne manquent pas de commentaires très ciritiques et éclairants sur l'industrie agro-alimentaire…. !

A l'Amour fou, en journée, il y a la Foire aux Vinyles Freaks, petit shopping entre deux délicieux hamburgers (et ce que je préfère c'est la Banoffee Pie maison !).

Si tu es amateur de livre, mais que tu ne veux pas te perdre au milieu de la foule, tu préféreras peut-être te rendre à une soirée un peu plus poétique, organisée à la Gougoutte à Pépé en collaboration avec la librairie Maelstrom. C'est la Soirée Grande Gueule.

Au 47, un lieu occupé sur la Chaussée de Wavre, au quartier Matongé, il y a une Soirée de soutien à la caisse de solidarité 'La Limeâ?. L'objectif est de réunir un peu d'argent à envoyer à des personnes incarcérées à cause de leurs idées, ou, en ce qui concerne ceux parfois emprisonnés en Belgique, à cause des actes pénalement répressibles qu'elles ont commis pour des raisons idéologiques.

Au Tavernier, c'est une soirée pour l'anniversaire de Causette, ce magazine 'plus féminin du cerveau que du capitonâ?. J'ai tellement aimé l'idée que j'étais d'ailleurs abonnée à la publication, il y a un an ou deux, pour les encourager et parce qu'il était difficile de les trouver en Belgique.

Je n'ai jamais été friande de magazine 'fémininsâ? : j'ai toujours trouvé cela nunuche et très réducteur… En fait c'est le terme 'fémininâ? qui est réducteur. A la limite si on les avait appelé des magazines 'beautéâ?, cela m'aurait moins gênée, je crois… En tout cas, Causette est venue mettre un grand coup de pied dans le concept. Je ne suis pas forcément emballée par tout ce qui s'y lit, mais l'initative à le grand mérite d'exister…

Pour les fous de sorties, j'ai déjà annoncé le retour de la Soirée Bulex à la Bodega (10€)… Entre temps cela a été annoncé dans de nombreux médias et les tickets d'entrées sont en prévente à la Fnac… Autres temps, autres méthodes, certes plus commerciales. Je pense qu'il y aura du monde, si tu aimes les foules et que tu veux en être, il ne faudra pas rater cela. Si tu aimes les ambiances plus intimes, a priori ce n'est pas là que tu trouveras ton bonheur…

Les vieilles soirées sont donc de retour et vont probablement être couronnées de succès. Que l'on n'oublie pas les nouveaux venus sur la scène de la nuit bruxelloise, qui mois après mois tiennent le coup et parviennent à motiver les troupes pour finalement fêter le premier anniversaire d'existence !

C'est ainsi que la Let's Dance a commencé, il y a un an. D'abord les jeudis au Coco, sur la Place du Luxembourg, qui laissent à ceux qui s'y sont rendus un chouette souvenir. Puis, en été 2011, un déménagement dans un lieu un peu plus grand, La Cour des Miracles pendant quelques mois, mais le lieu ne semble pas avoir convaincu… Enfin, à l'automne, tentative très fructueuse de tenter le coup non dans la Cour des miracles, mais plutôt dans la cour des grands : en organisant la soirée un samedi en plein centre ville, chez Mr Wong. Avec le succès que ceux qui s'y sont rendus n'ont pu que constater.

Ce soir donc, la soirée fête très dignement sa première année d'existence chez Mr Wong (5€).

On me souffle dans l'oreille que Jean-Claude Vannier / Finders Keepers Afterparty à l'Atelier 210 (15€) risque d'être très bien !

Au London Calling il y a la soirée Lazy Rebel Boogie, The Age of Aquarius qui personnellement, me tente beaucoup aussi !

Et les sons électros dans tout ça ? Ah oui, faut que je n'oublie personne. C'est vrai quoi : la Bulex a été créée pour offrir autre chose que des sons électro a un époque où cette musique était omniprésente dans le clubs de la capitale. Le Magasin4 avait la même idée. Et il y a dix ans, encore, lors de la création des Strictly Niceness, ce n'était pas gagné… Tout ça pour qu'en 2012, je sois capable de te pondre un samedi soir avec du choix, mais de l'électro ? Ah, ouf ! Il y a quand même une soirée Zukfunt au Magic Mirrors !

Et j'ai cru lire dans le programme du Museum Night Fever qu'il y avait pas mal de DJ set : musique baroque, musique ethnique, musique indie/rock, électronique…. Un programme qui mériterait plus qu'un paragraphe, et même plus qu'un article… C'est d'une frustration sans nom. En tout cas, l'Afterparty se déroule au Fuse

Dimanche 4 mars 2012

Je suis toujours agréablement surprise de découvrir des initiatives privées, par des groupes de personnes, des asbl… Cette semaine c''est Bouillon Kube qui éveille ma curiosité avec Les vendredis dimanche du Kube. Au programme un spectacle de marionnettes 'à l'impertinence joyeuseâ? (et le vendredi c'est concert et tâble d'hôtes).

Ce w-e, c'est également la grande Inauguration du cinéma des Galeries et je passerai sans doute pour découvrir cet espace agrandi depuis la fermeture de l'Arenberg qui avait suscité l'émotion parmi tous les fans de cinéma. Fans pas très nombreux, si j'en crois que le public très restreint que je côtoie dans les nombreuses petites salles où je me rends…

Et puis, j'en ai déjà parlé mais j'ai vraiment flashé sur le concept, donc j'y retourne ce dimanche pour mon concert de jazz organisé par F-sharp à la T.A.G Gallery. Je m'octroie le droit d'adopter des routines…

Lundi 5 mars 2012

Un concert gratuit dans un café sans nom ? Je t'avoue je ne résiste pas à t'en parler, tant j'ai cru à une blague. Pourtant le café Sans Nom existe à Schaerbeek et ce lundi, The Moonlight Howlers est bien en 'Concert Gratuitâ? !

Concert du lundi au Bar du Matin, dont certains membres du personnel se sont regroupés en Quatuor BDM ! A découvir…

Electro encore ce soir, puisqu'il y a la Justice After Party chez Mr Wong (5€) (après le concert à L'Ancienne Belgique). De quoi dansez jusqu'au bout de la nuit, dans le cas où ton samedi soir ne t'aurait pas suffi…

Mardi 6 mars 2012

Mardi, tu vas avoir dur toute la journée au boulot après un week-end chargé en sorties, qui s'est terminé aux petites heures de ce mardi.

Mais le plus dur reste à venir, quand tu verras le documentaire Not My Life au Ciné Club de l'ONU (au Goethe Institut). C'est gratuit, mais sur réservation….

Mais ne reste pas sur cette note dramatique…. va écouter Sal La Rocca quintet en concert à Flagey à 20h pour la sortie de son album….

Mercredi 7 mars 2012

Bon l'heure passe à tout allure et je dois te quitter… je ne suis pas libre de mes mouvements finalement, j'ai un rendez-vous…. Ce qui te libère de la lecture de cet agenda…

Deux mots pour ce mercredi : Offscreen Film Festival au Cinéma Nova en est à sa cinquième éditition et commence aujourd'hui (jusqu'au 25 mars). < > Je n'ai pas encore consulté le programme… mais j'y reviendrai certainement.

Et enfin, une de mes connaissances, Daniel, un monsieur féru de Jazz que j'ai rencontré il y a quelques années lors d'un concert me conseille vivement d'aller écouter Les Violons de Bruxelles à La Samaritaine,. Daniel (c'est son prénom) a précisé dans son mail hebdomadaire :

'La magie a opéré: « Les violons de Bruxelles » ont « mis le feu » à la Jazz Station en cette date mémorable du 18 février. Je ne trouve pas les mots pour qualifier cette … démonstration. Plusieurs m’ont tout de suite dit: « je veux aller les revoir ».

Ã?a tombe bien: ils se produiront à la Samaritaine du 7 au 10 mars. Pour ceux qui (hélas) n’étaient pas là, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Pour les sceptiques, je dirai qu’ils ne jouent pas « que » du manouche, et qu’il n’y a pas « que » Tcha Limberger qui joue merveilleusement.
Le groupe nous a proposé de superbes pièces musicales que le public écoutait « religieusement » (on avait même peur d’applaudir au milieu d’un morceau, de peur de rater une note, un accord, un silence …). Voilà pour les Violons .. ».

Et voilà pour cet agenda â?¦. !

Yelyam

LEAVE A REPLY