Bruxelles si c'était Yelyam

1
2490

Ceux qui me connaissent me reconnaîtront dans le texte (et surtout quelques unes de mes passions). Les autres peuvent également en découvrir un peu plus sur moi ici.

Les coiffeurs mettraient la clé sous la porte pour cause de chevelure bouclée au vent. Mais ils pourraient se reconvertir en créateurs et vendeurs de robes ou de jolies chaussures à hauts talons ou encore devenirs masseurs de cuir chevelu.

Dans l’air, toute l’année, on humerait une odeur de monoï.

Les plus agiles, les moins timides, les plus motivés danseraient sur des airs un peu funky, un peu groovy, un peu jazzy, toujours festifs.

Nuit et jour, les bars et autres cafés, ouverts non-stop, serviraient du thé.

Il n’y aurait pas beaucoup de voitures, mais de nombreux chemins de traverses pour se promener. Certains parkings se transformeraient en parcs sauvages, mystérieux et toujours surprenants.

Les cinémas passeraient, en plus des films, quelques séries télé, et il y aurait un salon pour pouvoir en parler.

A presque tous les coins de rues, on trouverait une bibliothèque aux heures d’ouverture très longues.

Les tickets pour le théâtre seraient bons marchés, les concerts et les entrées de musées aussi.

Dans les parcs et sur les places, il y aurait des conteurs qui partageraient les dernières anecdotes sur la ville et ses habitants.

Chaque jour, dans le journal local, il y aurait une rubrique poétique sur la couleur du ciel, toujours changeant et magnifique, quel que soit le temps.

Et bien sûr, il y aurait une plage (ensoleillée), et pas que sous les pavés.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY