Chargeeeeeeeeezzz !!!

5
1162

L'Agence Bruxelles-Propreté gère la collecte des immondices et tout ce qui concerne la propreté de la Région. Pour accomplir ces tâches 2200 personnes travaillent sans relâche. Certains lèvent jusqu'à 8 tonnes par jour.

Tels le caporal Blutch et le sergent Chesterfield, les ouvriers de Bruxelles-Propreté montent tous les jours au front sans trop savoir à quels saints ils devront se vouer. Pour certains d'entre eux, on retrouve Emir Kir – secrétaire d’état en charge de la Propreté publique – dans le rôle du colonel Stark, le capitaine qui mène les célèbres Tuniques bleues à une mort quasi certaine, mais toujours héroïque, en vociférant « Chargeeeeeeeeeezzzz !!! » à tout va.

Une chose est certaine : ils devront ramasser tous les sacs qu'ils trouveront sur leur passage, qu'ils soient réglementaires ou non. Leurs ennemis, ils les connaissent mais il n'est pas aisé de les débusquer : verre cassé, conserves aux bords acérés, tiges en métal, poubelles surchargées ou encore déchiréesâ?¦ Rencontre avec des hommes courageux pas toujours appréciés à leur juste valeur.

4h30. Eric se lève. Douche. Café. Tartines. Puis il faut marcher 20-25 minutes pour arriver jusque-là gare du Midi. « La Stib a changé ses horaires », regrette-t-il. « Les gens qui travaillent à 6 h n'ont qu'à se débrouiller. Pas de transports en commun pour eux. »

5h50. < > Il fait encore noir en ce début septembre. Le soleil pointe à l'horizon. Les ouvriers de Bruxelles-Propreté arrivent les uns après les autres à leur dépôt. Ils sont de bonne humeur. « Normal, la journée va être bonne : pas de pluie, pas de vent et une température agréable ' ni trop basse ni trop élevée », souffle l'un des gars qui se dirigent vers la cantine.

6 h. Cette dernière est déjà bien remplie. Tout de jaune vêtus avec des bandes orange et d'autres réfléchissantes, les hommes ' il n'y a pas une seule femme ' boivent leur café et mangent, pour certains, leurs tartines. Laurent, lui, a été prendre sa plaque ' sa feuille de route ', il est le chauffeur. « Aujourd'hui, nous allons dans les Marolles ». Comme tous les mardis et tous les vendredis. Toujours les mêmes depuis quatre ans. Un chauffeur et trois qui chargent, quand on ramasse les ordures ménagères. Ils ne sont que deux à charger pour la collecte sélective ' sacs jaunes et bleus.

6h30. Le départ. Le deuxième, en fait. « Ceux qui font le centre-ville partent une heure plus tôt car il faut absolument éviter la circulation », raconte un echte pey de Bruxelles. Au ton de sa voix et à la vue de ses grimaces, on comprend aisément que cela doit être un calvaire de travailler dans les quartiers situés dans l'hyper centre de Bruxelles-Ville.

Ensuite plus de timingâ?¦ « Impossible de faire une moyenne », soupire un des forçats de la poubelle bruxelloise. « On doit en principe travailler de 6 h à 14 h, mais cela varie énormément. Tout dépend du quartier où l'on charge, du poids des poubelles, du jour de la semaine, de la période de l'annéeâ?¦ En pratique, on remplit le camion ' on peut y mettre 8 tonnes de détritus ! ? ! ' puis on les amène à l'incinérateur. Et c'est reparti pour un tour. » Chaque jour, un ouvrier lève en moyenne 7 à 8 tonnes. « Pas toujours une mince affaire », déclare un vieux briscard. « Et pas intérêt à avoir mal au dos. Ce n'est pas reconnu comme une maladie professionnelle. »

    Manque de civilité

Au-delà de la charge physique que représente leur labeur, de nombreuses encombres ralentissent les camions poubelles de l'ABP. Si la pluie est leur pire ennemi, les boys regrettent le manque de civilité de la population. « Cela fait des années qu'on répète qu'il ne faut pas mettre du verre et d'autres objets dangereux dans les sacs. Rien n'y fait. Cela fait 20 ans qu'on ne peut plus déposer des sachets du supermarché. Rien ne change. De toute façon, nous sommes obligés de tout ramasser. Pour garder Bruxelles propre. On comprend mais cela n'éduque pas le citoyen. En Flandre, ils sont plus durs. Peut-être devrions-nous faire de même. Car parfois on nous jette carrément les poubelles à la figure. »

Désabusés, parfois. Courageux, toujours. Ils montent au front jour après jour. D'autres les suivent l'après-midi et la nuit. Le programme est le même ' ou presque ', seules les heures diffèrent.

5 COMMENTS

  1. En tout cas, ces gens ont beaucoup de courage! Bruxelles a bien de la chance de les avoir!

  2. c’est le genre de job par lequel tout le monde devrait peut-tre passer lors d’un service civil… a permettrait beaucoup plus concrtement de faire voluer les mentalits par rapport la production de dchets…merci pour l’article et surtout, merci aux gens de bxl propret!

  3. Pour les aider, on peut dj rassembler nos poubelles en 1 seul point au lieu de les parpiller sur toute la rue, genre je mets ma poubelle devant ma maison (c’est pas applicable partout cause du phnomne NIMBY)

    IL y a aussi une solution automatique qui fonctionne Stockholm:

    http://france.envac.net/

    Envac est le leader mondial sur le march de la collecte pneumatique des dchets. Nous dveloppons et vendons des rseaux souterrains pour la collecte automatise des dchets mnagers et assimils. La solution Envac permet une collecte et un transport des dchets entirement automatiss, garantissant ainsi scurit et avantages environnementaux. La mise en place dune solution Envac permet une rduction drastique du transport routier des dchets, une amlioration de lhygine et une nette augmentation des standards dhygine et scurit. Le systme Envac favorise le tri la source.

    Je sais qu’un ministre bruxellois tait all voir ce systme il y a quelques annes.

    On avait aussi parl d’organiser des pniches de dtritus qui remonteraient le sud de Bruxelles (au niveau de Forest) jusqu? l?incinrateur de Neder-over-Hembeek afin d?viter que les camions poubelles du sud de la rgion traverse celle-ci pour dcharger leur trsor ! No news sur ces pniches ?

  4. En plus d’Envac, une autre Socit cette fois-ci espagnole propose une solution de collecte pneumatique faite sur mesure pour liminer une bonne fois pour toutes ces problmes d’accumulation de dchets, de manque de civisme et de cnditions extrmes de nos travailleurs. Redonnez une image moderne de Bruxelles, sans cet aspect ngatuf d une pogne de personnes irrespecteuses de la sant et du travail des autres. Rs Roca vous propose une solution adapte et optimale pour retrouver l’asect de votre ville et liminer tute circulation de camions dans la zone quipe de la collecte pneumatique: http://www.rosroca.com

LEAVE A REPLY