Turning On Again…

6
1490

Mon ticket dans la poche, trempé après 2h de drache, j’y étais. En plein stade roi Baudouin, à environ 6 mètres de la scène après m’être faufilé tant bien que mal, j’attendais patiemment que le rideau se lève et d’entendre enfin pour la première fois de ma vie le groupe Genesis original (*), dont les morceaux font partie de ces grands crus que l’on ne se lasse jamais de passer sur la platine.

Ce soir, je dirais qu’avant toute chose, Genesis on Tour, c’est avant tout réaliser que Genesis est l’un de ces groupes qui ne devraient jamais se séparer, un de ces groupes de légende qui ont traversé le temps et qui restent immortels, mais surtout un de ces groupes dont la magie et la puissance ne se dévoilent véritablement que sur la scène.

Un décor et jeu de lumière simple mais efficace (éclairages rouge, jaune, bleu électrique, vert, violet), sans strass ni paillette, une légère pluie lors du concert donnant à ces éclairages une dimension toute particulière et un groupe qui nous a véritablement réalisé une prestation exceptionelle dont Bruxelles en gardera de forts souvenirs et je pèse mes mots.

C’est cela Genesis on Tour, quelque chose de simple, un concept que de trop nombreux groupes ont oublié. Phil Collins nous démontre une fois de plus une maîtrise exceptionnelle de sa voix si unique le tout avec ces quelques petites blagues et phrases simples qui lui ont valu à l’époque d’être engagé dans le groupe, mais bien au delà, avec une touche de patine qui lui donne encore plus de charme. Ne parlons pas des solos de guitare et de basse à la distorsion aiguë, ou d’un jeu de baguette sur un simple tabouret renversé qui mènera à un duo effréné entre Phil Collin’s et le batteur du groupe solo époustouflant d’une bonne dizaine de minutes à couper le souffle.

Il est difficile de vous décrire exactement une telle ambiance, mon appareil m’ayant été refusé par un service de sécurité plus qu’alléatoire (certains canon EOS avec zoom ont pourtant largement été présents dans la foule…), mais pour ma part, je dois avouer en avoir eu des frissons comme bien des personnes ce soir, mais aussi un plaisir et des émotions au point d’avoir, pour la première fois de ma vie, en avoir pleuré à certains instants…

Merci Mr Collins, Brussels Love You.

(*) le nouveau groupe Genesis, avec le chanteur Ray Wilson, l’ex-chanteur du groupe Stiltskin était passé à forêt national en 1998, après la sortie de l’album Calling All Stations…

6 COMMENTS

  1. Voir le comment laiss plus bas dans l’article, mais aparemment malgr la proposition, il y aurait peu de chances que Peter Gabriel revienne…

  2. Hello, j’tais aussi au concert et suis tout aussi enchant.
    Petit rectificatif, le concert de Genesis avec Ray Wilson FN, c’tait le 10 mars 1998, je viens de vrifier sur mon ticket ;-)
    Cordialement.
    Denis

  3. Ouah, on sent le vrai fan ici… Y’a 9 ans ?

    Cela ne me semble pas pourtant aussi vieux… ouuahhh que de souvenirs ;)
    Je rectifie dans le post :)

  4. ce concert… quel bonheur!!! Je ne regrette absolument pas le dplacement, ni le prix, et j’ai t poustoufle par ce petit jeu de percussions sur le tabouret… Phil Collins, quel batteur quand meme…
    Le show tait super et de plus, la pluie nous a fait la gentillesse de cesser durant les deux heures de concert!
    Dommage que le public se soit par moment montrer un peu mou et lent ragir!

    Pour moi aussi, trs fort souvenir ce concert!

  5. Effectivement, si jamais tu as des photos / liens photos, je suis intress.

    A noter qu’aparemment une sortie dvd du concert en 5.1 serait peut-tre prvue, suivre donc…

LEAVE A REPLY