Bruxelles à vélo !

0
1185

Rencontre avec Frédéric, fondateur de la marque de vélo SUGG.

Frédéric et le vélo, une longue histoire d’amour

« J’ai appris à faire du vélo à l’âge de 6 ans avec Anna, la jeune fille au pair. Depuis lors, le vélo a toujours été synonyme de liberté et d’aventure.

Je suis très vite devenu autonome en mécanique vélo grâce à mon père. À ma seconde crevaison, il m’a laissé me débrouiller pour réparer seul. Cela allait déterminer mon avenir professionnel.

En 2014, je co-crée une marque de vélo électrique, qui connaît un succès à l’international. »

Malgré le succès de son entreprise, Frédéric préfère changer de direction. Il cède ses parts dans la société et met son énergie à imaginer une nouvelle marque de vélo.

La philosophie derrière SUGG

« En créant SUGG, je me suis fixé comme objectif de faciliter la vie de ses propriétaires et aussi, à mon échelle, de rendre Bruxelles plus agréable.

Je trouve de manière générale que tout est trop compliqué, souvent inutilement. Les vélos, comme les voitures, ne dérogent pas à la règle. Conséquence : les utilisateurs perdent beaucoup d’autonomie lorsqu’il y a un problème. De plus, les vélos électriques sont non seulement plus chers à l’achat, mais surtout à l’utilisation et à l’entretien.

À la base, le vélo, c’est LE moyen de transport le plus efficace et le plus démocratique qui soit. C’est la simplicité, la légèreté, la facilité. J’ai voulu revenir à la base : un vélo simple, solide et… musculaire. Pour cela, il fallait pour Bruxelles et ses dénivelés un vélo qui ait la faculté de bien grimper les côtes. Défi relevé grâce à sa géométrie et au choix des composants.

J’aimerais produire le plus de vélos possible. Cela voudrait dire qu?il y a beaucoup plus de vélos à Bruxelles. Et donc une ville plus agréable pour ma femme, mes enfants et mes amis.

Soyons utopistes, faisons de Bruxelles la nouvelle Copenhague, une référence en matière de cyclisme. »

LEAVE A REPLY