Body Talk : six voix africaines au Wiels

2
4011

Ce n’est pas souvent qu’on voit des expositions intégralement consacrées aux ?uvres de femmes. C’est tout aussi rare que nous soit présenté le travail d’artistes non occidentaux. Depuis le 14 février et jusque début mai, le Wiels fait fort en nous invitant à découvrir six femmes artistes africaines.

Body Talk nous plonge dans les visions de femmes parlant de leurs corps, des corps noirs, de la façon dont ils sont perçus par les autres – hommes, blanch-es -, de la façon dont leur travail leur permet de se réapproprier ces corps. Ces femmes sont Zoulikha Bouabdellah, Marcia Kure, Miriam Syowia Kyambi, Valérie Oka, Tracey Rose et Billie Zangewa et ont en commun d’utiliser le corps (le leur ou celui des autres) pour délivrer leurs messages, profondément inscrits dans les mouvements artistiques féministes noirs.

Ces six artistes utilisent différents supports : peinture, vidéo, performance, installation, sculpture, collages. Toutes m’ont questionnée, intriguée, poussée à entrer dans leur expérience de femme noire dont le corps est sexualité, objectifié, intimement lié à l’histoire coloniale et au regard d’autrui. Cette exposition est l’occasion de découvrir des réflexions mais ne vous donnera aucune réponse.

21. Installation View Of Body Talk at WIELS_By_SvenLaurentTracey Rose_2 7. Installation View Of Body Talk at WIELS 3b. MiriamSyowiaKyambiUn seul regret, l’exposition est courte. J’aurais réellement aimé poursuivre ma découverte dans une ou deux salles supplémentaires.

Body Talk : féminisme, sexualité et corps dans l??uvre de six artistes africaines, au Wiels jusqu’au 3 mai.

SHARE
Previous articleLève la tête (46)
Next articleBruxelles sur Instagram en 2015
Sommelière en bière, cycliste et féministe. Souvent le tout en même temps. Parfois noyant la frustration de l'un dans l'autre...

2 COMMENTS

  1. Merci pour cette critique, Hélène. Pour ma part je regrette le fait que beaucoup d’œuvre des œuvres sont en fait le relicat d’une performance… Forcément ce n’est pas très… Sexy. Que l’on me permette ici de rappeler que depuis le 2 avril, le pendant de body talk est à l’affiche au Brass, voisin du Wiels. 17 jeunes artistes reconnus ou peu connus qui s’articulent dans une exposition qui rencontre les vestiges de la brasserie et de ses machines.

LEAVE A REPLY