Entendu à Bruxelles

8
1728

Ce midi, alors que j’attendais, assis à la terrasse du Belgo Belge, une copine avec qui j’ai été à l’Ihecs, deux jeunes cadres dynamiques tenaient une conversation des plus jean-claude vandamesque… et je ne parle pas de celui qui est chanteur ;-)

L’un : Tu sais que notre boîte a fusionné il n’y a pas longtemps. Et bien, on vient de terminer le benchmarking pour les nouveaux clients (prononcé à l’anglaise claÿents!)

L’autre : Alors ? Vous avez un nouveau target ?

L’un : Il faudra d’abord faire un copy-paste de la corporate governance comme la pratique la Brasilian team du groupe. Et après on est go. En tout cas, pour le front-office, tout est OK.

L’autre : Même pour la gestion des inbound et outbound calls ?

L’un : Il va falloir outsourcer certains services maintenant.

L’autre : Lesquels ?

L’un : Je ne sais pas encore. Nous avons une réunion avec le CEO demain.

To be continued…

PS : je n’ai jamais su de quel genre de société ils parlaient.

8 COMMENTS

  1. J’ai l’impression que c’est 100% du vent… Genre « se gratter pour se faire rire », mais traudit dans le monde du travail :-D

  2. T’aurais du lancer un concour pour gagner des places, style « celui qui trouve le truc le plus marrant qui y colle » :-)

  3. N’empeche que lors du dernier conference (prononcez confweuns) brunch les partners du joint venture n’taient pas fort d’accord sur le return on investment de l’investissement dans les flux de capitaux gnrs par les techniciens de surface outsourc dans notre branch…

    Je dis ca je dis rien…

  4. L’usage de la langue de bois n’est en effet pas limite au domaine de la politique…et le « corporate talk » en est la preuve :-D

LEAVE A REPLY