Entendu à Bruxelles : C’est comme un falafel sans les boulettes

2
1687

Un jour de cette semaine, alors que j’étais au snack du coin, une dame entre. De prime abord, elle n’a rien à faire là. On la verra plutôt entrer dans une boutique du Fort Jaco que dans le commerce de mon sympathique voisin, aux origines sentant bons l’Anatolie. Tout dénotait : les fringues grandiloquentes, la coiffure qui claque (ou pas) et le port du menton bien haut. Elle tombait-là comme un cheveu dans la soupe. Une fois encore – la semaine est déjà lourde en Entendu à Bruxelles pour moi – je n’ai pu réfréner un fou rire lorsque elle a passé sa commande.

Elle : Ce que je voudrais, c’est comme un falafel sans les boulettes.
Lui : Une assiette falafel ?
Elle : Un ami vient chez moi mais il a déjà les boulettes. Faites comme pour un falafel mais sans les boulettes.
Lui : … (le fou rire vient ici : il faut imaginer la tête du bonhomme qui ne comprend rien ce qu’on lui veut et qui n’a aucune idée de ce qu’il doit faire)
Moi : En fait, madame veut une salade mixte.
Elle : Ah oui, c’est ça que je veux. Merci pour la traduction.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY