Mes souvenirs, pêle-mêle, du quartier Anneessens

3
4478
Anneessens

je-suis-anneessens-640x480

Huit ans dans le quartier Anneessens et pas mal de souvenirs. J’y suis retourné récemment. Le quartier n’a pas changé. Tant mieux ou tant pis ?

Un vieux plan, donc.
Un vieux plan, donc.

Quartier Anneessens. Ta place, ta station, tes boutiques, ton trafic. Quartier vivant ou endormi, à quelques encablures du coeur historique de la capitale. Endroit coincé entre plusieurs quartiers qui ont fait l’actualité grise :

À l'ombre de la Tour du Midi, un air de World Trade Center ?
A l’ombre de la Tour du Midi, un air de World Trade Center ?

Nostalgie à la menthe

Bon, à part cela, quelles bonnes nouvelles ? Comment va ce quartier coloré qui m’a accueilli de mes 20 à mes 28 ans et même bien après, quand j’y revenais avec plaisir et nostalgie ?

Quatre années à l’Institut Cooremans, quand il s’appelait encore Cooremans. Puis, après mon service militaire, quatre nouvelles années dans une studette (= petit studio) rue de Soignies, à cinquante mètres de la grande bâtisse qui m’a formé.

bxl_blog_anneessens_cooremans_francisco-ferrer

Huit ans, donc, et deux graduats. Je rajoute un graduat Pêle-Mêle, magasin-culte dont je dois détenir le record de visites, notamment durant mes heures de fourche.

Quartier Anneessens. Tu m’as procuré de chouettes souvenirs. Pêle-mêle : des professeurs extraordinaires issus du monde de l?entreprise, des copains qui kotaient tout près, ma copine student qui vivait rue Van Artevelde, le Cercle Hermès, ma première biture avant d’être élu vice-roi des bleus, les soirées resto Place Rouppe, les copy-shops. Ah oui, l’enseigne écrivain public aussi, avec sa porte protégée par un grillage en métal noir. Ce métier qui m’a, sans doute, dirigé bien des années après vers l’écriture.

Anneessens, du sens aux années

Je n’oublie rien ni personne. Je n’oublie pas Fatima, qui avait entamé son graduat en Assurances. Surtout, je n’oublie pas Mohamed, le meilleur d’entre nous, le roi des maths financières, qui avait réussi son graduat avec distinction et que j’ai retrouvé quelques années plus tard, Place Louise. Moi, gestionnaire en assurances, lui… chauffeur-livreur de parfums. Quand je me suis étonné qu’il n’ait pas été engagé dans le secteur financier bruxellois (qui recrutait à tour de bras à l’époque) et qu’il m’avait répondu : eux, engager un Mohamed ? (sic x 1000).

bxl_blog_anneessens_pele-mele

Plus tard, mon déménagement dans le quartier de mes études, mes premiers salaires, l’hiver glaçant 89-90, les manifs incessantes, les klaxons des soirées de la Coupe du monde 90, les concerts à l’AB. Les disquaires et les bouquinistes que je pillais. Ma petite fenêtre qui donnait sur la véranda du Pêle-Mêle. Mais aussi les vols dans mon véhicule (6 en 4 ans), la prostitution du quartier Fontainas, le shit, la saleté. La tentative de homejacking.

bxl_blog_anneessens_fontainas

Anneessens, année 2016

Quartier Anneessens, qu’es-tu devenu ? Magnifiquement représenté en photos quand on descend dans la station éponyme, tu as un passé, mais as-tu un avenir ? N’as-tu pas été oublié durant toutes ces années, défendu uniquement par quelques associations ? As-tu un comité de quartier ou de commerçants ?

bxl_blog_anneessens_station_metro

Est-il possible d’encore créer un magasin qui prospère ? À côté des indémodables, combien de boutiques ont été ouvertes pour fermer peu de temps après ?

Quel est votre souvenir du quartier anneessens ?

Quartier Anneessens, ô mon quartier multiculturel et essentiel qui fut mon monde pendant presque 10 ans, vas-tu grandir ? Quand te prends-tu en mains ? Le gris ne te va plus, montre tes couleurs !

Pain sur la planche / Werk aan de winkel
Pain sur la planche / Werk aan de winkel

Je suis Anneessens et je te suis, mon cher quartier. À bientôt.

3 COMMENTS

  1. Je fréquente ce quartier depuis une vingtaine d’années. Et j’ai le même sentiments mitigé. C’est un quartier vivant la journée, mais pas très fréquentable la nuit tombée.
    J’ai l’impression que c’est un quartier complètement abandonné des autorités depuis bien longtemps qui essaie de survivre comme il peut. Et l’installation du « piétonnier » et autre modification sauvage de la circulation aux alentours ne va pas arranger les choses malheureusement.

  2. Moi je n’ ai que de bons souvenirs,
    J’y retourne chaque week-end.
    Vive la ville

  3. La friterie rue de Tournai qui a disparu… Les heures passées au copy shop. Le magasin de BD de seconde main où fi des étagères, les BD s’empilent mais où le proprio vous trouvera toujours tout. Actuellement les meilleurs falafels qui soient chez le Monsieur du même nom.

LEAVE A REPLY