Be Brussels Academy

0
1831

Je ne sais pas pourquoi je ne vous ai pas parlé plus tôt de la Brussels Academy, d’autant que j’ai eu l’occasion de participer à leurs premiers cours il y a deux ans. Je bats ma coulpe et je me rattrape donc aujourd’hui.copy-ba-fall-2014-wood-white-header1

L’idée de la Brussels Academy a germé dans l’esprit de profs d’unif tout fraîchement pensionnés (on dit émérites dans le jargon) et plus particulièrement dans celui d’Eric Corijn (VUB). Du jour au lendemain, ils se sont retrouvés avec pas mal de temps libre, ne pouvant plus faire profiter les étudiants de leur expertise sur Bruxelles. Ils ont alors pensé continuer à dispenser ce savoir, mais à d’autres étudiants. Fini les auditoires de la VUB, de l’ULB ou de l’UCL, bonjour les cours en ville, ouverts à tous. Pas de pré-requis, pas d’examen, ou de calculs d’ECTS, vous pouvez désormais tout savoir sur la démographie bruxelloise, sur sa sociologie, sur ses institutions si complexes, sur son financement, sur la manière dont la culture est gérée… Vous avez l’opportunité d’interroger directement les experts invités à parler de leur sujet. L’accord de gouvernement régional y a même été décortiqué!

La Brussels Academy a mis au point différentes formules: des salons urbains (au Beursschouwburg), des cours et des ateliers Selfcity (à la Maison des cultures), ainsi que des Master Classes au BIP en collaboration avec l’Agence de Développement Territorial. Différents créneaux horaires sont prévus pour coller le mieux possible aux différents agendas.

J’en parle aujourd’hui, car ces Master Classes commencent ce lundi et les ateliers Selfcity (présentation d’initiatives citoyennes) cette semaine, tandis que les cours reprennent en mars et il y aura toujours un salon urbain par mois. En général, on y parle la langue qu’on a envie de parler (français, néerlandais ou anglais), même si l’intervenant principal veille toujours à se faire comprendre du plus grand nombre. Allez-y, c’est plein de gens qui aiment Bruxelles!

 

LEAVE A REPLY