Le feuilleton de l’automne 21

0
1252

…Le dessus. Maintenant qu'elle était dans la mêlée, Griz savait qu'il ne fallait pas perdre le sens des réalités. Et a priori, pour le moment, elle était dessous.

Mais ce n'était pas évident de changer le cours des choses.

Les hommes politiques, après avoir été acculés dans le premier round, à une retraite qui ressemblait à une capitulation probable, s'étaient décidés à une offensive aussi inattendue qu'efficace. Leurs costumes portaient déjà les traces de l'assautâ?¦ Les boutons sautaient dans les corps à corps comme des pétales de pissenlit : je t'arrache un peu, beaucoup, passionémentâ?¦
C'était la folie.

Griz, échevelée, était arquée au milieu, et poussait avec d'autres tacticiens-imprégnés-des-meilleurs-moments-de-la-finale-de-rugby France / Nouvelle Zélande 2011. Surprise : elle aimait ça.

Avant de se battre, on peut avoir toutes sortes de points de vue pacifistes sur la chose : c'est pas bien de faire du mal à son prochain / j'aime pas saigner du nez inutilement / seules les brutes aiment ça / la bagarre de rue est à l'has been ce que le minitel est au swag / mon poing n'est pas un instrument de justice / la castagne, c'est bon pour les mémés / Claude Nougaro était-il un bourreau des cÅ?urs ?

Mais au cÅ?ur de l'action, la conscience de soi est acculée à se la fermer, et il est de bon ton de se prendre les pieds au jeu.

Les internes de l'hôpital s'improvisaient arbitres, sonnant les rounds avec les bip (un peu stridents et anxiogènes : tiiiiiime (to live or let die), des monitorings. Mais au moins, les combattants les entendaient.
Biiip â?¦ Douzième. Ã?a sentait la fin, et, il fallait en convenir, le combat resterait dans les annales de ce qui se fait de mieux en matière de règlement de compte.

Par contre, il était maintenant difficile de départager les vainqueurs des vaincus.

A suivre.

Aliette Griz

20

19

18

17

16

15

14

13

12

11

10

9

8

7

6

5

4

3

2

1

LEAVE A REPLY