I'm not on the Guest List #9 – Où sortir à Bruxelles dans les années '10 ?

4
2944

Chaque jeudi, des idées de sorties du week-end pour les Oiseaux de nuitâ?¦

Où sortir dans cette ville : c'est la question que se pose les Oiseaux de nuit fraîchement arrivés dans la nuit : soit parce qu'ils viennent d'atteindre l'âge à peu près légal de sortie, soit parce qu'ils viennent de débarquer en ville (temporairement ou plus si affinités), soit parce que leur poussin est un peu plus grand et peut parfaitement passer quelques heures avec une babysitter….

Cet article tente de brosser un paysage des sorties bruxelloises, en-dehors des soirées privées qui ont elles aussi du succès.

Les boîtes de nuit ?

J’ai pensé qu’il était inutile de débuter par la liste des boîtes de la ville. L'âge d'or des clubs est bel et bien passé, même si certains d'entre eux restent des endroits où se rendre, en fonction des goûts et des soirées qui s'y déroulent. Puisque ce n’est pas le top de la liste, c’est donc très paradoxalement que je commence par là…

De manière générale, je ne conseille à personne d'aller au Spirito Martini ou aux Jeux d'Hiver, par exemple. Je ne parle ici ni de la musique, ni de la déco. Je me base sur le fait que ces clubs se permettent de 'profilerâ? les gens à l'entrée. Ce type d'attitude est, pour moi, inacceptable (et même plutôt interdit si mes souvenirs sont bons).

Le Spirito interdit principalement aux blacks de rentrer. J'ai reçu plusieurs témoignages à ce sujet, dont l'un d'une – très belle – jeune fille qui n'était autre que l'une des organisatrices de la soirée d'une Haute Ecole qui s'y tenait !

Les Jeux d'hiver quant à eux interdisent l'accès à je ne sais pas très bien qui, basé sur je ne sais quelle condition, connue des sorteurs uniquement. Difficile à définir. Certains résument cette discrimination au statut social apparent, qui ne cadrerait pas avec la jeunesse dorée uccloise qui fréquente le lieu.

J'ai entendu parler de clubs gays qui refusaient l'entrée aux hétéros (alors que le contraire est inimaginable), mais je ne me souviens plus de tous les noms. La dernière histoire qui m'a été rapportée m'indiquait 'Chez Mamanâ?, il y a quelques années. Les personnes – hétéros donc – étaient des habituées. Après le refus par le videur, elles ont pris la peine de contacter le patron, dont la réaction n'a pas été à la hauteur, puisqu'il confirmait qu'ils pouvaient aller (se faire) voir ailleurs….

Dernièrement, quelques uns m'ont signalé s'être rendus au Wood et n'avoir pu y entrer car ils étaient 'trop bien habillésâ?. C'était un groupe de jeunes Américains – fraîchement débarqués – et qui ne savaient pas que le look 'hypsterâ? semble y être de rigueur. Cela n'est pas interdit, mais je trouve dommage d'encore se baser sur le look de quelqu'un….

Et, franchement, quoi de plus ringard que ces quelques clubs signalant encore que 'la direction se réserve le droit d'entréeâ? et qui n'autorisent pas les baskets ou les t-shirts ?

Ce ne sont là que des exemples tirés de témoignages reçus. N'hésite pas à noter en commentaire les autres clubs qui se permettent de faire un tri et sur quelle base !

Bref, arrêtons d'accepter le principe qu'il est possible de se voir refuser l'entrée d'un lieu pour des raisons subjectives liées à sa race, son look, ses (apparents) statut social et orientation sexuelle. Parce qu'alors il est plus facile de déraper et de refuser l'accès à certains autres lieux…. !

Les bars

La base des sorties, ce sont les cafés. C'est de toute façon là que commence la soirée, histoire de réunir les troupes. Les tenanciers l'ont bien compris et certains prévoient même un DJ ou un groupe de musiciens, histoire d'assurer l'ambiance musicale.

Certains bars sont d'ailleurs 'hybridesâ? et se transforment en véritable 'clubâ? en fonction de l'heure.

Je pense au Bonnefooie, dans le centre ville ou au London Calling, à Ixelles qui a même une cave où s'éclater jusqu'au bout de la nuit !

Ce sont des lieux avec une programmation musicale régulière et où l'on peut trouver quasi tous les soirs – si pas de la semaine, en tout cas du (long) week-end – une ambiance particulière.

Ce jeudi 25 octobre 2012 : Contrabanda – Latin Night, Bonnefooie

Tous les jeudis : 80's Finest, London Calling

Je m’en voudrais de ne pas citer le Dali’s Bar qui offre – depuis de nombreuses années – une très bonne sélection à tendance électro. Quand je fais visiter le quartier de la Grand Place et des rues avoisinnantes, j’insiste souvent sur le fait que le quartier est très touristique, que la plupart des lieux sont à éviter à part quelques exceptions dont le Dali’s fait partie !

En gros à la petite rue des Bouchers : rien à manger, mais un chouette bar pour y boire en écoutant du bon son !

A côté de ces bars hybrides, il y a les endroits qui organisent de temps en temps quelque chose, et donc cela vaut la peine de vérifier leur programme.

L'Amour fou fait partie de ces lieux où en fonction de l'heure et du jour, tu manges, tu bois et/ou tu danses.

Electro Swing Concert + Dj's Mr Small & Mr Tall, Vendredi 26 octobre 2012 à l’Amour Fou

Beaucoup de soirées dans des bars se terminent bien plus tôt qu'en club, pourtant certains sont connus pour être des 'afterâ?, des lieux où terminer la nuit après la tournée des grands ducs, voire après une soirée.

Il faut noter que, vu l'heure très avancée, la population est en général bien plus droguée et alcoolisée qu'ailleurs… Certains endroits sont glauques, disons-le carrément…

Ceci dit, je me suis surpris à passer de bons moments à la Touche d'Ivoire… Il faut dire que j'ai constaté qu'ils étaient attentifs à la sélection musicale. Pendant des années, les amateurs de rock s'y rendaient pour écouter les sets de feu DJ Kimono. Après le décès de celui-ci, je n'en avais plus entendu parler…. jusqu'à ce que je découvre un lien en ligne vers un très bon set musical d'un DJ qui y passe tous les week-ends.

Il Ritorno Del Colonel Sweetback que no è un Fuckin' Juke Box, Touche d'Ivoire

A mon (humble) avis, le vrai coeur des soirées bruxelloises se trouve dans les 'party conceptsâ? organisées par des indépendants.

Les soirées indépendantes

Un groupe de personnes décident d'organiser ensemble une soirée thématique. Ils ont une idée à peu près précise en tête : souvent l'envie de passer un certain type musical qu’ils apprécient et dont ils regrettent l’absence dans le paysage noctambule bruxellois. Parfois l’objectif est d’offrir une expérience alliant la (bonne) musique à l'art….

La soirée, une fois définie, sera organisée sur base plus ou moins régulière : une fois par semaine (possible uniquement si l'organisateur s'associe avec un club), une fois par mois, par trimestre ou par an.

Le lieu dépendra du concept, des finances et des relations de l'organisateur : parfois toujours au même endroit, parfois le concept incluera le fait de déménager à chaque fois, parfois le déménagement est forcé par les circonstances…

Un exemple ce vendredi 26 octobre 2012 : la soirée Opus IV ART.LIVE.DANCE. C'est la quatrième soirée de cette équipe et elle se tiendra dans l'ancien Casino de Bruxelles (à côté du 'Youâ?). Je n'ai entendu que de bons échos concernant ces soirées.

Si tu t'intéresses aux 'concepts de soiréesâ? et que tu en veux une liste (jamais exhaustive, c'est impossible), je t'invite à consulter la page où je reprends de nombreuses d'entre elles sur le site de l’office du tourisme.  J'envoie mes mises à jour assez souvent, sur base des concepts qui apparaissent ou qui disparaissent.

Parmi les plus connues et les plus réputées, on trouve Libertine SupersportLeftorium, Anti Tapas, Strictly Niceness, Los Ninos, Zukunft, Catclub…. mais il y a en a beaucoup d’autres…

Je pense pouvoir dire, sans me tromper, que tu peux trouver une soirée tous les soirs du mercredi au dimanche, cela dépendra de tes goûts musicaux bien sûr.

Les nouveaux clubs

En parlant des clubs et des bars, je n'ai pas cité les trois noms qui, à mon avis, remplacent les clubs d'hier dans le paysage bruxelllois actuel.

Il y a d'abord Madame Moustache. Le club 'organiseâ? (ou s'associe à des organisateurs indépendants) chaque semaine plusieurs soirées, parfois précédées d'un concert.  Sur leur site, on retrouve tous les thèmes et leur récurrence. C'est ainsi qu'une personne qui fréquente assidument Madame Moustache le mardi soir, ne s'y rendra peut-être jamais un vendredi… Pour comprendre, il suffit de se souvenir des années où les discothèques réservaient leur dimanche à des soirées gays. Les ambiances des samedis et des dimanches drainaient donc des publics fort différents.

C'est un peu la même chose aujourd'hui, sauf que l'on a un peu 'évoluéâ?. Maintenant la principale différence se fait sur base du goût musical ou plus largement de la « tribu » (même s'il existe toujours des soirées dédiées et des clubs 'gay et gay friendlyâ?). Les différences tribales se font naturellement : on aime sortir aux mêmes endroits que ses semblables (ou de ceux à qui on aimerait bien ressembler). C’est pourquoi je trouve un peu ridicule les clubs qui font la différence sur base du look. Cela créé des frustrations inutiles, la personne une fois à l’intérieur se sentira soit très bien (même si différente), soit mal à l’aise et partira assez rapidement. Et au passage elle aura peut-être consommé quelque chose !

Heart Attack Alley, Madame Moustache, Samedi 27 octobre 2012

Un peu plus compliqué à comprendre pour l'Oiseau de nuit à temps partiel : l'offre musicale de Mr Wong.

En fait, là encore il suffit de comprendre qu'il y a association entre le club (qui offre le lieu) et un organisateur de soirée (qui vient avec ses DJ's et ses habitués).

Mais parfois cela se complique quand Mr Wong invite un DJ en précisant qu'il est le résident de telle ou telle soirée. Mais au final, c'est anecdotique pour nous… c'est simplement une question 'interneâ? pour savoir qui prend en charge quel poste de l'organisation. Si c'est 'telle soirée chez Mr Wongâ? : la soirée se chargera de toute la communication au sein de son réseau et éventuellement touchera le prix des entrées. Elle garantit également un certain type d'ambiance qui lui est propre, liée à son identité.

Si c'est 'Mr Wong invite tel DJâ? : et bien le DJ sera payé pour sa prestation. Mr Wong prenant en charge la communication et bénéficiera du prix de l'entrée (s'il y en a un). La musique sera semblable à celle proposée par la soirée, mais l'ambiance peut être (fort) différente puisque la clientèle est plus mixte.

Ces associations sont toujours un bon moyen pour un DJ de faire connaitre ses soirées et de renouveler son public.

L-Fêtes, Namissy & Murvin Jay, Mr Wong, Samedi 27 octobre 2012

Au Bazaar, c'est à peu de choses près la même chose. Ils ont à présent deux salles, donc il peut y avoir deux soirées à l'ambiance très différente en fonction de l'étage. Certaines soirées sont organisées par le Bazaar, d'autres le sont par d'autres personnes….

Motown Party with Reverend P, Bazaar, Samedi 27 octobre 2012

De manière générale, même si le club (Bazaar ou Mr Wong) reçoit une soirée, il tentera de respecter un certain niveau de qualité. Le public peut ne pas apprécier telle ou telle musique, mais cela restera ce qui se fait de mieux dans le genre pour les amateurs.

Donc, tu peux aller jeter un oeil chez Mr Wong, Madame Moustache, le Bazaar et même des clubs que je n'ai pas cité comme le Fuse ou le Wax Club, n'importe quel soir. Tu demandes à l'entrée ce qu'il y a comme soirées et en fonction de tes goûts tu entreras ou pas…

Beaucoup d'Oiseaux de nuit ont déjà osé voler jusqu'à Anderlecht, aux 'Caves de Cureghemâ? probablement pour une soirée Anti Tapas. D'autres sont allés à un arrêt de métro plus loin, à Molenbeek, à pour se rendre à la Bodega.

Ces lieux ne sont pas des clubs, mais des salles à louer. Cela veut dire que l'on s'y rend parce que l'on sait exactement qu'il s'y déroule tel ou tel événement particulier.

Là, pas de direction artistique : toute personne qui réserve et paye la salle peut y organiser sa soirée. La Bodega a donc déjà été le cadre d'excellentes soirées mais aussi celui de soirées qui ne passent pas dans mon radar : privées ou concernant un groupe de personne en particulier, souvent plutôt communautaire.

Si c'est le quatrième samedi du mois, vas-y les yeux fermés jusqu'à l'étage supérieur avec vue sur Bruxelles, il y a tous les mois la soirée The Attic. (Et les deuxième samedi du mois, j'ai dit assez souvent qu'il y avait Strictly Niceness).

D’autres idées

S'il y a un jour de fête, tu peux être sûr qu'il y aura plus d'une soirée thématique la veille… Et si en plus l'organisateur trouve un lieu inédit, un squat par exemple, c'est encore plus sympa.

Ce mercredi 31 octobre 2012, c'est l'Eglise Gesu, dont on n'avait plus entendu parler depuis longtemps, qui sera le cadre de la soirée BXHLWN – Brussels X Halloween.

L'Eglise en question est en projet d'être transformée en Hotel de luxe. En attendant toutes les autorisations, le couvent est occupé par de nombreuses familles et pendant longtemps l'Eglise était le cadre d’événements artistiques, ciné, soirées… Depuis l'an dernier, je n'avais plus rien entendu, mais l'équipe de Brussels X NewYear’s Eve a, semble-t-il, eu un plan pour y organiser – exceptionnellement '(tant pour eux que pour le lieu) une soirée d'Halloween !

Parmi les organisateurs de soirées, il y a des associations aussi : en général l'offre consiste en un dîner, un concert, une animation et cela peut se terminer par un DJ set… La différence par rapport aux organisateurs de soirée, c'est que l'accent est ici plutôt mis sur la rencontre entre les gens. L'offre musicale y est donc secondaire.

Un exemple : Carte noire au Bouillon Kube, à Saint-Gilles.

Comme tu peux le constater les sorties se passent principalement dans l’axe Centre-Ixelles-Saint-Gilles, mais Saint-Josse, Anderlecht, Molenbeek sont aussi souvent de la partie. Plus rare est de trouver une soirée à Evere, Jette ou Ganshoren, mais cela s’est déjà vu. Même à Uccle, ils ont un Pavillon Louis XV dans le Parc du Wolvendael (mais bon, les flics débarquent très vite donc tu pourras y jouer les rebelles jusqu’aux environ d’une heure du matin).

Enfin, il y a des soirées qui sont organisées ponctuellement dans le cadre d’un événement : festival, exposition, sortie d’un nouvel album par un label indépendant.

Mais je dis ça pour te compliquer un peu les choses et t’obliger à revenir me lire de temps en temps quand tu prévois une sortie…

Yelyam

4 COMMENTS

  1. Pour le wood, les ricains ont p- dbarqu un dimanche « Jeunesse particulire » ??? Ce qui peux expliquer qu’effectivement ils taient juste TROP habills ? ;-)

  2. Non c’tait une des soires Woodstrasse en septembre.
    Certains ne s’taient pas changs aprs les cours : ils ont pu rentrer
    Les autres, habills un peu plus en mode « sortie » se sont vu refuser l’entre.

  3. JE CONFIRME LE SPIRITO ET UNE BOITE RACIAL…. IL ONT LEURS COTA DE BLACK … C’EST A DIRE LE VIGIL, LE DJ ET AVEC UN PEUS DE CHANCE UN BOONTY ( une personne black a l’extrieur et blanc a l’intrieur)…. Bref j’ai voulu fter mon anniversaire.. au telephone tous va bien (peus etre a cause de mon nom neerlandophone) mais arriver sur place malgre l’argent depenser catastrophe… il ne s’ attender pas a autant de melange de couleur, metissage trop imposant… ces pas normal que nous soyons de couleur et que nous puissions ce payer le vip alors que vos sois disant habitu ne sache pas le faire… la vue de cette cituation vous etait t’il si insupportable? ?? frenchement en 2014 ces honteux… notre argent oui mais nos gueule non… J’ai honte pour vous..j’ai honte de vtre mentalit. ..

  4. Yesterday I went with friends to Chez Maman and I was not allowed to get in. One of my friends that was anyway inside and came out to meet us couldn’t enter anymore. It seems that the videur didn’t like one friend of ours, who is transgender. We really liked the club before that, and we didn’t know that a drag Queen’s club could be transfobic. More shocking was the attitude of this guy in charge of the door, who slammed loudly the door in our faces and was extremely rude. Very disappointing.

LEAVE A REPLY