Bruxelles 2009: le web politique ?

5
1711

A l’approche des prochaines scrutins régionaux et européens, il ne se passe plus une semaine sans laquelle l’un ou l’autre observateur se hasarde à pronostiquer la place « majeure  » que devrait occuper Internet dans la campagne électorale. S’il faut reconnaître que la guérilla en ligne menée par Barack Obama a contribué non seulement au financement de sa candidature et à sa victoire magistrale, le schéma semble peu ou prou applicable en Belgique et, en ce qui nous concerne, à la sociologie du corps électoral bruxellois.

Le piège du nombrilisme blogeois, la platitude des feuilles de choux ?

D’emblée, deux différences notables sont à noter sous nos latitudes: qu’ils aient lieu dans un canton de Saint-Gilles ou de Jette, les votes sont obligatoires et il n’y a donc pas de nécessité de mobiliser l’électeur ; les dépenses de campagne sont limitées par la loi et une série de règles balisent l’usage de gadgets de type marketing. In fine, les paramètres américains sont très loin d’être ceux qui prévalent à Bruxelles: il ne s’agit pas de rassembler des courants internes à un parti puis seulement de convaincre une minorité d’indécis à Denver ou à Washington, l’objectif essentiel tient davantage dans la récupération du maximum de voix majoritaires qui se situent au « centre » de l’échiquier (les opinions fluctuantes). Le Parti socialiste et le MR, par exemple, ont leurs noyaux durs d’électeurs. L’enjeu pour juin 2009 étant de présenter leur meilleur profil pour attirer tous les déçus et, surtout, les sans opinion.

Passé ce préalable, quelle est la cible effective du marketing sur Internet ? Dans une capitale où l’on compte 25% de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté et un taux de pénétration bien faible de 50% de connection des ménages sur la toile, le pourcentage des personnes concernées fond comme neige au soleil.  Il se situe même aux confins de l’anecdote lorsque l’on se demande quelle est la proportion de clients du Marché du Midi, de petits pensionnés ou de promeneurs au Bois de la Cambre, qui savent ce qu’est un lien RSS , un suivi sur Twitter , un blog politique ou qui s’inscrivent dans un groupe partisan sur Facebook. Certes, il y a l’effet viral qui dépasse parfois son cadre d’origine, à l’instar des vidéos de Michel Daerden , mais le caractère épisodique n’est que peu porteur. Quant aux blogs des élus de la capitale, ce sont au mieux des groupuscules de fans à la taille confidentielle, au pire, des aires désertiques. 

Tout cela pour dire la toile ne sera pas oubliée lors de la prochaine campagne mais on fait déjà le pari de ce qu’elle sera un outil « mineur < >  » pour le marketing. A quoi bon créer l’illusion d’un dialogue avec les électeurs potentiels quand le citoyen lambda n’est franchement pas demandeur (l’assiduité déficitaire des commentaires sur les carnets de politiciens) et que la logique de parti cadenasse ce type d’initiative (la langue de bois et les poncifs habituels en tête des menus) ? Les candidats le savent et la grande majorité des contribuables ne s’y intéressent guère.

Rien n’est perdu ? C’est juste une question de temps et, surtout, de culture…parce que la distribution des calendriers, des cartes de voeux, des invitations au bal du Bourgmestre et les raids sur les marchés sont de loin et toujours les armes tactiques principales avant les urnes.

Crédits photos: Azugaldia.

5 COMMENTS

  1. en lisant l’article, je me dis que les campagnes lectorales web seront lues uniquement par nous ;-)
    Y a combien de twitters bruxellois? quelqu’un a une ide ?

  2. L?conomie subit sa plus grave crise depuis 1929. Les pistes que l’Europe empruntera pour en sortir dpendront avant tout des choix politiques qui seront raliss. C?est pourquoi, en tant que citoyens, quelles que soient nos appartenances politiques, nous ne sommes pas indiffrents l?issue des dbats internes qui se mnent au sein de l ‘UE.

    Nous sommes conscients que LAURENT FABIUS jouera un rle dcisif dans la constitution dans une alternance capable de dboucher sur une alternative relle.Ainsi nous vous prions mr fabius de bien vouloir accepter d’tre le porte drapeau du peuple de l’est et l’ouest d’Europe.

    http://www.myspace.com/laurentfabiuspetition

LEAVE A REPLY